in

Découvert sur Twitter, ce parasite fréquente les parties génitales des mille-pattes

Crédits : Santamaria S, Enghoff H, Reboleira AS

Des chercheurs ont découvert un nouveau champignon parasite sur Twitter, qui aspire les nutriments des organes reproducteurs des mille-pattes.

Des parasites sur Twitter

Il y a quelques semaines, Ana Sofia Reboleira, entomologiste au Musée d’histoire naturelle du Danemark (Copenhague), aperçoit quelque chose d’étrange sur la photo d’un mille-pattes d’Amérique du Nord (Narceus americanus) partagée sur Twitter par son collègue américain Derek Hennen, de Virginia Tech. Deux curieux points blancs semblent en effet se détacher de l’exosquelette de l’arthropode.

Supposant qu’il devait s’agir de parasites, la chercheuse et son équipe décident alors d’examiner d’autres spécimens dans la collection du musée de Copenhague. Leur intuition se confirme avec la découverte de plusieurs autres de ces parasites. Dans la foulée, des analyses révèlent qu’il s’agit de petits champignons qui n’ont encore jamais été décrits. Les détails de cette étude viennent d’être publiés dans la revue MycoKeys.

Ana Sofia Reboleira souligne que cette découverte est un exemple de la façon dont le partage d’informations sur les réseaux sociaux peut entraîner des résultats complètement inattendus :

« Pour autant que nous le sachions, c’est la première fois qu’une nouvelle espèce est découverte sur Twitter, explique-t-elle dans un communiqué. Elle met en évidence l’importance de ces plateformes pour partager la recherche – et ainsi être en mesure d’obtenir de nouveaux résultats. J’espère que cela motivera les professionnels et des chercheurs amateurs pour partager plus de données via les médias sociaux ».

À l’aise dans les parties génitales

Le parasite vient d’être nommé Troglomyces twitteri, en l’honneur du réseau social grâce auquel il a été identifié. Ce champignon, qui ressemble à une larve, mesure environ 100 micromètres de long (diamètre moyen d’un cheveu humain).

T. twitteri appartient à l’ordre fongique des Laboulbeniales, et fait partie des 30 espèces connues pour s’attaquer exclusivement aux mille-pattes. Au cours de leur cycle de vie, ces parasites enfouissent leur tête sous l’exosquelette de leur hôte, se nourrissant de nutriments, tandis que l’arrière-train reste à l’extérieur, dispersant des spores qui se chargeront d’infecter d’autres victimes.

Ces infections se font généralement lors des accouplements entre mille-pattes, ce qui explique probablement pourquoi ils sont si souvent détectés près des parties reproductrices de leurs hôtes.

parasite twitter
Un gros plan de T. twitteri. Crédits : Santamaria S, Enghoff H, Reboleira AS)

Notons également que si les Laboulbeniales ont été largement repérés dans le monde, notamment en Europe, en Asie, en Afrique, au Moyen-Orient ou en Australie, c’est la première fois qu’un parasite de ce type est isolé en Amérique du Nord. Pour la chercheuse, il est donc probable que ces champignons soient beaucoup plus présents qu’on ne le pensait.

Source