En plus du risque de provoquer un accident spatial, le nombre de débris présents dans l’espace, toujours plus croissant, risque aussi de provoquer des conflits et guerres entre pays, prévient le russe Vitaly Adushkin, de l’académie russe des sciences à Moscou.

« Les collisions entre des déchets et des engins spatiaux, surtout avec des satellites militaires, représentent un réel danger politico-stratégique. Un tel événement ravivera des tensions politiques, voire militaires, entre les pays présents dans l’espace » déclare Vitaly Adushkin, de l’académie russe des sciences à Moscou, dans un rapport. « Le propriétaire d’un engin spatial qui aurait été détruit ne pourra en effet que difficilement en trouver les causes effectives et va naturellement accuser un autre pays de l’avoir sciemment détruit. »

Pour éviter un tel scénario, le professeur Adushkin souhaite que l’on nettoie enfin l’espace, et cela au plus vite. En effet, chaque nouvelle collision augmente le nombre de débris susceptibles de provoquer de nouvelles collisions. C’est ce qu’on appelle l’effet Kessler. Si rien n’est fait et que le rythme actuel est maintenu, on ne pourra plus envoyer de satellites d’ici à 30 ans. Inimaginable à notre époque.

Rien qu’en 2014, cinq avaries ont été provoquées sur la Station Spatiale Internationale à cause de débris de plus de 10 cm, qui seraient au nombre de 20 000 autour de la Terre.

L’avertissement du scientifique russe intervient après qu’un satellite russe a été endommagé par un nuage de déchets issus de la destruction, en 2007, d’un ancien satellite météorologique par les Chinois. Cette destruction a engendré près de 3000 débris supplémentaires qui orbitent désormais autour de notre planète. Et les exemples comme celui-ci sont nombreux.

Source : levif