in

Des débris de l’astéroïde « tueur de dinosaures » ont fini sur la Lune

spacex corées du sud danuri lune
Crédits : NASA

Une équipe de recherche a découvert que des impacts d’astéroïdes sur la Lune opérés il y a des millions d’années coïncidaient précisément avec certains des plus grands impacts terrestres, dont celui qui a précipité l’extinction des dinosaures. Les détails de l’étude sont publiés dans Science Advances.

Les particules de verre de silicate formées lors d’éruptions volcaniques ou par fusion par impact sont un composant omniprésent du sol lunaire. Communément appelées perles ou sphérules, elles varient en taille de quelques dizaines de micromètres à quelques millimètres. Leurs formes diffèrent également. Certaines sont sphériques tandis que d’autres sont ovales ou en haltères.

Les verres produits par des impacts peuvent être distingués de ceux formés par des éruptions volcaniques en utilisant des caractéristiques chimiques et texturales. Les verres volcaniques fournissent des informations uniques sur le manteau lunaire, tandis que les verres d’impact reflètent les compositions de la croûte, mais pas que. Ces verres d’impact nous informent en effet également sur la dynamique de collisions du système solaire interne.

Dans le cadre d’une nouvelle étude, des chercheurs ont étudié des billes de verre microscopiques récupérées dans les échantillons de sol lunaire rapportés il y a deux ans par la mission chinoise Chang’e 5. L’équipe a combiné plusieurs techniques analytiques microscopiques, de modélisation numérique et d’enquêtes géologiques pour déterminer quand et comment ces perles de verre microscopiques se sont formées.

perles verre lune
Perles de verre récupérées par la mission chinoise Chang’e-5. Crédits : Beijing SHRIMP Center, Institut de géologie, CAGS

Des événements partagés par la Terre et la Lune

D’après les analyses, certaines de ces perles se sont formées il y a quelques millions d’années seulement, alors que d’autres se sont formées il y a près de deux milliards d’années. Plus intéressant encore : les chercheurs ont découvert que certains des groupes d’âge de ces perles de verre lunaires coïncidaient précisément avec l’âge de certains des plus grands impacts terrestres, y compris celui responsable de l’extinction des dinosaures.

Autrement dit, l’astéroïde responsable de cette extinction aurait été accompagné de plusieurs débris qui auraient terminé leur voyage sur la Lune au lieu de finir sur Terre, générant finalement ces petites perles de verre.

Rappelons que cet astéroïde était issu de la Ceinture d’astéroïdes, situées entre les orbite de Mars et Jupiter. Un impact avec un autre objet l’aurait dévié de sa trajectoire, l’amenant à finalement croiser l’orbite de la Terre. Les débris soulignés par cette étude auraient donc pu être générer pendant ce crash.

Ce n’est ici qu’un exemple parlant, mais de manière générale, l’étude révèle que des impacts sur Terre ont pu être accompagnés d’un certain nombre d’impacts sur la Lune. Ainsi, la fréquence des impacts d’astéroïdes sur la Lune pourrait nous en dire plus sur l’histoire de l’évolution de notre propre planète.

Pour les chercheurs, la prochaine étape serait de comparer les données recueillies à partir de ces échantillons chinois avec d’autres sols lunaires et âges de cratères dans le but d’isoler potentiellement d’autres impacts lunaires significatifs. À leur tour, ces derniers pourraient révéler de nouvelles preuves sur les impacts ayant affecté la vie sur Terre.