in ,

De la vie intraterrestre sous le plancher marin japonais

Crédits : ddouk / Pixabay

Bien que la tendance actuelle soit à la recherche de vie extraterrestre, une équipe de chercheurs a trouvé de la vie microbienne intraterrestre, à 2,5 km sous la croûte océanique au large du Japon. Jamais une vie aussi enfouie n’avait jusque là été examinée.

C’est dans un article publié le 24 juillet dernier dans la revue Science qu’une équipe internationale de chercheurs décrit la forme de vie microbienne qu’elle a trouvé en forant la croûte océanique au large du Japon, à 2,5 km de profondeur, là où la lumière n’arrive pas et où la nourriture se fait rare. Mais si ces chercheurs s’attendaient à y trouver une forme de vie un peu « spéciale », ce sont en fait des bactéries très banales qu’ils ont pu y déceler.

En effet, la vie microbienne que cette équipe de chercheurs a trouvée dans ce sous-sol marin est en réalité très proche de celle que l’on trouve dans les sols peu profonds de la Terre. En revanche, bien que très semblables, ces micro-organismes sont bien moins nombreux : là où un cm² de terre à la surface du sol contient des milliards de bactéries, celles-ci ne sont qu’entre 10 et 10 000 à 2,5 km sous le sol des fonds marins japonais.

Pour les chercheurs, deux possibilités peuvent expliquer leur présence si enfouie. Il pourrait d’abord s’agir des descendants des bactéries qui vivaient au sol il y a 20 millions d’années, dans les régions qui ont été englouties et recouvertes de sédiments avec le déplacement des continents. Ces bactéries se seraient alors adaptées aux conditions extrêmes des fonds marins. Mais il est aussi possible que ces bactéries soient les mêmes qui vivaient dans les marais au moment ou ils ont commencé à s’enfoncer dans les profondeurs, ce qui voudrait dire que ces bactéries seraient vieilles de plusieurs dizaines de millions d’années. « On ne sait pas exactement quel est le taux de renouvellement de ces cellules », déclare Fumio Inagaki, géomicrobiologiste de l’équipe.

Source : Science

Avatar

Rédigé par David Louvet-Rossi