in

De nouvelles images du Titanic révèlent une épave “digérée” par l’océan

Crédits : Atlantic Productions

Une récente étude de l’épave du Titanic nous révèle un état de détérioration naturelle de plus en plus marqué. À ce rythme, le paquebot aura bientôt disparu.

Le tristement célèbre RMS Titanic, gisant à plus de 3 810 mètres de profondeur au large des côtes de Terre-Neuve, au Canada, a récemment eu de la visite. Une première en presque 15 ans. Une équipe du Triton Submarines vient en effet d’effectuer cinq plongées au cours de ces dernières semaines. L’idée : filmer en 4K les restes de l’épave, dans le cadre d’un nouveau documentaire. Les images ont alors révélé un paquebot de plus en plus “grignoté” par l’océan. Un état de décomposition tel que le navire pourrait tout bonnement être complètement “digéré” avant 2030.

« L’aspect le plus fascinant était de voir comment le Titanic est consommé par l’océan », explique Patrick Lahey, président de Triton Submarines. Des microbes rongent en effet le fer de l’épave elle-même, créant ainsi des rusticles. Autrement dit, une forme de métal beaucoup plus fragile à l’apparence de stalactites. Au fil du temps, la matière se dissout en morceaux de plus en plus petits, et finit par être emportée par les courants océaniques.

« La zone de détérioration la plus choquante était le côté tribord, où se trouvaient les quartiers des officiers, ajoute l’historien du Titanic Parks Stephenson dans un communiqué. La baignoire du capitaine (une image connue) a maintenant disparu. Tout le trou du pont de ce côté est en train de s’effondrer en emportant avec lui les cabines. Et la détérioration continuera de progresser ».

Le Titanic bientôt en réalité virtuelle

Au cours de l’une de leurs plongées, les membres de l’expédition ont déposé une gerbe à la mémoire des plus de 1 500 passagers et membres d’équipage qui ont péri lors du naufrage, le 14 avril 1912. Notons également que des analyses photogrammétriques ont été faites dans le but de reproduire le paquebot en 3D. L’idée, à terme, sera de proposer une visite du Titanic en réalité virtuelle et augmentée pour les générations futures.

« L’épave elle-même est le seul témoin que nous ayons maintenant du désastre du Titanic, explique en effet l’historien maritime Robert Blyth, du National Maritime Museum au Royaume-Uni. Tous les survivants sont maintenant décédés, alors je pense qu’il est important d’utiliser l’épave pendant que celle-ci a encore quelque chose à dire ».

Pour les intéressé·e·s, rappelons qu’il existe depuis 2012 un musée entièrement dédié au Titanic. À Belfast, en Irlande du Nord. Vous découvrez alors l’histoire du bateau, de sa construction jusqu’aux circonstances tragiques du naufrage. Des petites notes permettent également de se familiariser avec plusieurs des passagers, dont certains ont fait preuve de véritables actes de bravoure.

Articles liés :

La canne “lampe torche” qui sauva la vie de ces passagers du Titanic

D’où venait l’iceberg à l’origine du naufrage du Titanic ?

Naufrage du Titanic : Et si l’iceberg n’était pas seul en cause ?