in

Des dizaines d’espèces marines découvertes dans les eaux inexplorées au large des Philippines

Crédits : California Academy of Sciences

Aujourd’hui, d’après les scientifiques, nous ne connaîtrions que 15 % des espèces animales terrestres et seulement 10 % des espèces marines. Cela laisse du travail aux chercheurs pour un bon nombre d’années! Cette fois-ci, c’est en plongeant dans les eaux inexplorées au large des Philippines que des scientifiques ont découvert une centaine de nouveaux animaux marins.

Les plongeurs ont sondé les eaux au large de l’île Verte, entre Mindoro et Luzon, et sont descendus jusque 150 mètres de profondeur. À partir de 50 mètres, entrée de la zone dite mesopélagique, les trouvailles furent incessantes. Parfois, l’équipe philippino-américaine mettait à jour 10 nouveaux spécimens par heure. « C’était comme une chasse sous-marine à l’œuf de Pâques » s’enthousiasme Terry Gosliner, spécialiste des invertébrés marins au California Academy of Sciences et instigateur de l’expédition.

Il faut dire qu’à cet endroit, les eaux de la mer de Chine et du Pacifique se rencontrent, donnant une concentration importante d’éléments nutritifs. Cette richesse alimentaire permet une grande diversité dans les animaux rencontrés. Cependant, la collecte de ces espèces ne fut pas aisée et des technologies de plus en plus développées ont dû être utilisées pour ne pas endommager les animaux recueillis.

« La plupart de ce que nous avons observé et collecté est si spécial que nous avons inventé une chambre de décompression sur mesure pour transporter les poissons jusqu’à la surface », explique Bart Shepherd, directeur de l’aquarium Steinhart à San Francisco. La structure recueillera les spécimens pour leur consacrer une exposition à l’été 2016.

 Caisson de décompression. © California Academy of Sciences
Caisson de décompression. Crédits : California Academy of Sciences

Parmi ces animaux, les chercheurs ont dénombré 40 espèces de limaces de mer (Nudibranches), 15 de poissons, mais aussi des oursins, des tuniciers, des cténophores (Cnidaires), des coraux… Alors non, ce ne sont pas des espèces aussi mignonnes ou impressionnantes que ce que l’on pourrait espérer, mais ces animaux nouvellement répertoriés peuvent toujours révéler des propriétés étonnantes qui donneront de nouvelles idées de technologies à l’être humain. Qui sait ?

Voici quelques exemples de spécimens :

Tuniciers du genre Rhopalaea.
Tuniciers du genre Rhopalaea. Crédits : California Academy of Sciences
Corail du genre Melithaea.
Corail du genre Melithaea. Crédits : California Academy of Sciences
Cténophore du genre Coeloplana.
Cténophore du genre Coeloplana. Crédits : California Academy of Sciences
Limace de mer du genre Halgerda.
Limace de mer du genre Halgerda. Crédits : California Academy of Sciences
Limace de mer du genre Pseudoceros.
Limace de mer du genre Pseudoceros. Crédits : California Academy of Sciences
Limace de mer du genre Thorunna.
Limace de mer du genre Thorunna. Crédits : California Academy of Sciences
Pennatule (Cnidaire) du genre Veretillum.
Pennatule (Cnidaire) du genre Veretillum. Crédits : California Academy of Sciences
Pennatule (Cnidaire) du genre Virgularia.
Pennatule (Cnidaire) du genre Virgularia. Crédits : California Academy of Sciences

Sources : California AcademyScience et Avenir

– Illustration principale : Limace de mer du genre Pseudoceros // Crédits : California Academy of Sciences