in

Vu de l’espace, un convoi de ravitaillement pour une station de recherche en Antarctique

Crédits : Pléiades–CNES 2016, Distribution Airbus DS

Une très fine ligne noire au beau milieu d’un désert de blanc à perte de vue, c’est tout ce qui relie à la vie la station de recherche Concordia, en Antarctique, l’un des lieux les plus isolés de la planète.

Capturée depuis l’espace par les satellites français Pléiades à environ 700 km d’altitude, cette superbe photographie nous montre un gros convoi transportant des tonnes de fuel, de nourriture et d’équipements jusqu’à l’un des lieux les plus isolés de la planète. En effet, la station de rechercher Concordia, connue comme « la base la plus reculée de la Terre », a comme plus proche voisine la base de Vostok en Russie située à environ 600 km. Elle est donc plus éloignée des humains que l’ISS qui orbite entre 330 et 435 km d’altitude de la Terre.

La station est située sur le Plateau de l’Antarctique à une altitude d’environ 3 200 mètres. Dans ce plus grand désert de la planète, l’air est extrêmement sec et froid. Il faut environ dix jours pour un convoi comme celui-ci pour se rendre de la base de Dumont d’Urville, sur la côte, à la station de Concordia, pour une distance d’environ 1 300 km. Il faudra environ trois jours pour déballer le ravitaillement d’environ 300 tonnes, avant de reprendre la route qui sera cette fois-ci d’environ huit jours.

La recherche à Concordia est entièrement liée à l’isolement. En effet, l’Agence Spatiale Européenne (ESA) y envoie des équipes pour étudier les effets de l’isolement, de la privation sensorielle et de la proximité sur la psychologie humaine pour imiter les effets des longs voyages dans l’espace. Pour Didier Schmitt, qui participe au convoi, travailler dans de telles conditions extrêmes est comme « une aventure à la Mad Max, mais au ralenti ».

Crédits : Pléiades–CNES 2016, Distribution Airbus DS

Source