in

De l’azote sur Mars, nouvel indice d’une vie passée sur la planète rouge

Crédits : NASA/JPL-Caltech/MSSS

Nouvelle découverte pour le robot Curiosity qui arpente depuis maintenant presque trois ans la planète Mars. Cette fois-ci, c’est de l’azote qui a été détecté à la surface de la planète rouge, un élément essentiel à la vie. 

Sur son site web, la NASA a indiqué que les scientifiques ont détecté pour la toute première fois de l’azote à la surface de Mars dans des nitrates, un élément essentiel à la vie, et ce, en utilisant des instruments du robot Curiosity. Les nitrates sont une catégorie de molécules qui contiennent de l’azote sous une forme pouvant être utilisée par des organismes vivants. Cette découverte apporte ainsi un indice de plus sur le fait que la planète rouge a pu réunir, dans le passé, des conditions propices à l’existence de la vie.

« L’azote est essentiel à la vie et Curiosity en a trouvé sur la planète rouge », pouvait-on lire sur le compte twitter de la NASA. En effet, l’azote est indispensable pour créer la vie, puisqu’il est un élément essentiel des grandes molécules comme l’ADN. Mais plus que de l’azote, il faut que celui-ci soit combiné à de l’oxygène pour créer les réactions chimiques indispensables à la vie. C’est le cas justement de la molécule de nitrate, composée d’un atome d’azote et de trois atomes d’oxygène.

Aucune indication toutefois que ces molécules de nitrate proviennent d’organismes vivants, d’autant plus que la surface de Mars n’est aujourd’hui pas du tout propice à abriter la vie. Selon les scientifiques, « ces nitrates sont anciens et ont résulté de processus non biologiques par exemple l’impact d’astéroïde ou la foudre sur Mars dans un lointain passé ».

Néanmoins, il s’agit là d’une nouvelle découverte laissant entrevoir la possibilité d’une vie passée sur Mars, il y a des milliards d’années. La présence d’eau liquide abondante fait partie de ces indices, avec la découverte de lits d’anciennes rivières et la présence de matériaux organiques, ou encore la détection d’émanations régulières de méthane, un gaz qui, sur Terre, provient à 95 % de micro-organismes.

Sources : NASA, RTL

– Crédits photo : NASA/JPL-Caltech/MSSS