in ,

De l’ADN datant de 1998 a permis de reconstituer le visage du suspect d’un meurtre !

(Crédits image : Greater Sudbury Police Service)

Dans une ville canadienne, un meurtre s’étant produit il y a une vingtaine d’années n’a jamais quitté les esprits. Tout récemment, la police locale a pu reconstituer le visage du suspect via des échantillons d’ADN retrouvés sur le lieu du meurtre.

Renee Sweeney, 23 ans, est morte le 27 janvier 1998 à Sudbury (Province de l’Ontario, Canada). Le meurtrier n’a jamais été retrouvé, mais la police vient de donner un nouvel élan à l’enquête.

Une entreprise américaine, Parabon NanoLabs, a été mise à contribution par la police de la ville canadienne. L’outil que cette société a mis au point nommé Snapshot DNA Phenotyping est habituellement utilisé par les policiers américains dans le cadre de la Défense Nationale. Il s’agit ici de prédire l’apparence physique d’un individu en fonction de son ADN et de fournir des informations manquantes en ce qui concerne des enquêtes non élucidées. Il peut s’agir comme dans le cas présent, d’identifier un suspect, mais également d’identifier un corps qui aurait subi de graves dommages, par exemple.

C’est ainsi qu’un portrait-robot d’un nouveau genre a été produit et diffusé. Les policiers ont utilisé des échantillons d’ADN retrouvés sur une veste et une paire de gants ayant appartenu au meurtrier ainsi que sous les ongles de la victime pour faire une reconstitution 3D.

C’est ce qu’on appelle le phénotypage ADN, mais cette technique est sujette à controverse. La police de Sudbury désire néanmoins que la population de la ville garde ce visage en tête. Il s’agit d’une part de permettre à quiconque reconnaissant le suspect de le dénoncer aux autorités et d’autre part de réduire la liste des suspects établie par la police vingt ans plus tôt.

« Je suis convaincu que ce visage correspond à la réalité, la science l’a prouvé », explique David Toffoli qui est convaincu que le phénotypage ADN est la solution. Il a également déclaré que sur les » 1800 personnes considérées comme témoins importants, de 1400 à 1500 ont été éliminées par ADN ».

(Crédits image : Greater Sudbury Police Service)

Le portrait-robot mis à la disposition par la police de Sudbury montre un homme blanc et d’origine nord-européenne (un mix génétique provenant des Pays-Bas, d’Écosse, d’Angleterre et d’Allemagne). Ce dernier aurait les cheveux blonds et les yeux verts et son âge serait de 25 ans.

Sources : ICI Radio CanadaToronto StarMotherBoard