in

Pas moins de 10 000 espèces différentes peuplent l’ISS !

Crédits : NASA Jet Propulsion Laboratory

L’espèce humaine est loin d’être la seule vivante à bord de la Station Spatiale Internationale. En effet, des chercheurs ont été surpris de constater que des milliers d’espèces bactériennes accompagnent les astronautes chaque jour.

Si vous pensiez que les astronautes étaient seuls à bord de l’ISS, vous aviez tort. Une récente étude publiée le 5 décembre 2017 dans la revue PeerJ indique avoir recensé précisément 12 554 espèces microbiennes différentes qui ont colonisé le célèbre laboratoire orbital, un nombre incluant également les espèces volontairement embarquées à des fins expérimentales.

Les scientifiques ayant mené ces recherches sont plutôt surpris, car ces bactéries ressemblent davantage à celles qui peuplent nos habitations sur Terre qu’à celles qui vivent dans nos organismes. Cela est d’autant plus étonnant que tout est systématiquement stérilisé avant d’entrer dans l’ISS, ce qui revient à dire que la seule chance pour les bactéries d’y pénétrer est d’embarquer avec les humains. Rappelons tout de même qu’il y en a eu plus de 200 depuis le lancement de l’ISS il y a presque une vingtaine d’années.

En partant de ce constat, les chercheurs pensaient que les bactéries recensées à l’intérieur de l’ISS seraient en lien avec le microbiome des astronautes, mais ils se sont trompés. Les recherches qui ont été menées sont relatives à des échantillons prélevés en 2014 sur une quinzaine d’objets différents, ressemblant à ce que l’on trouve à l’intérieur de nos maisons terrestres tels que des chaussures, des portes ou encore des ordinateurs.

En revanche, ce type de comparaison n’est pas parfait dans la mesure où la poussière ne s’accumule pas aux mêmes endroits lorsqu’il n’y a pas d’apesanteur. Cependant, les chercheurs ont pu utiliser les données du projet Wildlife of Our Homes, détaillant la présence de micro-organismes dans nos intérieurs. Par ailleurs, afin de comparer la vie microbienne sur l’ISS avec les bactéries peuplant notre corps, les données du Human Microbiome Project ont été utilisées.

 « Bien que différant significativement des maisons sur Terre et des échantillons du Human Microbiome Project, la composition de la communauté microbienne sur l’ISS était plus similaire aux surfaces domestiques qu’aux échantillons de microbiome humain », ont déclaré les chercheurs.

Il serait possible de s’inquiéter d’une telle population dans l’ISS, où tout est préalablement stérilisé mais en réalité, un des meneurs de l’étude n’a pas manqué de se montrer rassurant en indiquant que la diversité était généralement un gage de la présence d’un écosystème sain.

Sources : Futura SciencesHuffington Post