in

Les dauphins reconnaissent aussi leurs amis au goût de leur urine

Crédits : joakant / Pixabay

Selon une étude publiée dans Science Advances, le goût de l’urine et la signature des sifflets permettent aux grands dauphins de reconnaître leurs amis à distance. Pour faire une analogie avec les humains, c’est un peu comme si vous pouviez identifier la présence passée d’une personne que vous connaissez bien à l’odeur de son parfum laissée sur un coussin.

La reconnaissance intermodale est une adaptation permettant d’identifier une entité pertinente dans son environnement à partir de plusieurs entrées sensorielles, ce qui rend la détection plus rapide et plus efficace. Elle a été signalée pour la reconnaissance d’objets chez plusieurs espèces de différents ordres. Ces études apportent la preuve de la présence de concepts dans l’esprit animal, car la reconnaissance intermodale nécessite l’intégration d’informations reçues en passant par différentes voies sensorielles, éventuellement facilitée par une sorte de modèle mental de l’entité perçue.

Cela étant dit, alors que des concepts complexes ainsi définis ont été largement démontrés chez les animaux, il a été avancé que ces concepts avaient besoin d’étiquettes pour être fonctionnels dans les simulations mentales ou les prédictions. Nous pensions ainsi jusqu’à présent que seuls les humains étaient capables d’étiqueter ces concepts pour les utiliser de la sorte. Une étude suggère toutefois que les grands dauphins sont aussi doués de telles capacités.

Les détails de l’étude

La question était ici de savoir si ces animaux peuvent ou non attacher des « étiquettes » à leurs amis. Pour enquêter, des chercheurs ont présenté à huit dauphins des échantillons d’urine d’individus familiers et inconnus. L’inspection génitale, dans laquelle un dauphin utilise sa mâchoire pour toucher les organes génitaux d’un autre individu, est en effet courante dans leurs interactions sociales, offrant une bonne occasion d’apprendre le goût de l’urine des autres.

Pour les besoins de cette étude, tous les sujets ont été entraînés à fournir des échantillons d’urine sur demande en échange de nourriture. Ensuite, l’équipe a associé des échantillons d’urine à des enregistrements de sifflets de signature diffusés grâce à des haut-parleurs sous-marins, correspondant soit au même dauphin ayant fourni l’échantillon d’urine, soit à un échantillon non concordant. Nous savons en effet que les grands dauphins utilisent des « sifflets de signature » pour s’adresser sélectivement à des individus spécifiques et qu’ils peuvent s’en souvenir pendant plus de vingt ans.

dauphins mammifères marins virus
Un groupe de dauphins de Fraser repéré près d’Hawaï. Crédits : NOAA/Allan Ligon

Relier le goût d’une urine à un individu

D’après l’étude, les dauphins seraient ainsi restés proches de l’orateur trois fois plus de longtemps lorsque les vocalisations correspondaient aux échantillons d’urine, ce qui indique que les deux éléments de preuve ensemble suscitaient plus d’intérêt. Les dauphins n’ayant pas de bulbes olfactifs et le nerf correspondant étant sous-développé, les chercheurs sont donc certains que le goût et non l’odorat était en jeu.

« L’utilisation du goût est très bénéfique en haute mer, car les panaches d’urine persistent pendant un certain temps après le départ d’un animal« , souligne Jason Bruck, de l’Université de St Andrews. « En reconnaissant qui a causé un panache, les dauphins seraient alertés de la présence récente de cet individu même s’il n’avait pas signalé sa présence vocalement.« 

Les chercheurs suggèrent que les principales protéines urinaires, ainsi que les lipides, étaient probablement responsables des signatures chimiques individuelles. Ils soupçonnent par ailleurs que les dauphins puissent également être capables d’extraire d’autres informations de l’urine, telles que l’état de reproduction.