in

Dans l’affaire d’un randonneur mort en forêt, des milliers d’internautes mènent l’enquête !

Crédits : Flickr

Il y a trois ans, un shérif découvrait le corps d’un randonneur sans vie en dans une forêt de Floride (États-Unis). Impossible à identifier, l’homme a suscité la mobilisation de milliers d’internautes. S’il n’y a encore aucun résultat probant, il est intéressant de voir comment monsieur tout le monde peut s’improviser détective sur Internet.

Un randonneur impossible à identifier

Qu’on se le dise, Internet aime les mystères non résolus, surtout lorsqu’il y a une touche de morbide. Les affaires non élucidées ne sont pas rares et de nombreux internautes tentent d’apporter leur contribution. Souvent, cela se fait via les méthodes de l’Open source intelligence (OSINT). Dans un article publié le 2 novembre 2020, le magasine Wired raconte comment les internautes peuvent s’immiscer dans certaines affaires.

En 2017, un shérif de Floride retrouve un homme d’une trentaine d’années mort dans sa tente en pleine forêt. Très aminci, mais sans blessure, le randonneur avait pourtant de la nourriture sur lui et se trouvait à dix kilomètres de la route la plus proche. Le fait est que le défunt était impossible à identifier. Ce dernier n’avait aucun papier, aucun téléphone et personne ne semblait le chercher.

Le shérif a sollicité l’assistance du public en diffusant un portrait-robot en ligne. L’objectif ? Tenter d’identifier formellement le randonneur. Une femme a rapidement contacté le shérif pour lui confirmer une discussion entre elle et le défunt lors de sa randonnée. Progressivement, d’autres personnes l’ont également reconnu. L’homme était autre un promeneur au long cours ayant quitté New York sans téléphone afin de rejoindre la Floride.

photo randonneur disparu
Crédits : Unidentified male hiker Ben Bilemy 2018 / Facebook

Une mobilisation importante des internautes

Toutefois, son identité demeure un mystère. En effet, l’homme se présentait via le pseudonyme Mostly Harmles (“inoffensif la plupart du temps”). Se nommer de la sorte est un moyen fréquemment utilisé par les randonneurs désirant se couper du monde. Néanmoins, le défunt n’avait en théorie rien d’un ermite. Ce dernier affirmait travailler dans l’informatique aux personnes qu’il rencontrait sur son chemin. Ceci a d’ailleurs été confirmé par un carnet de notes retrouvé sur lui, rempli de lignes de code.

Trois ans après le début de cette affaire, personne n’est parvenu à identifier clairement le randonneur. Malgré ça, de nombreux internautes poursuivent l’enquête, notamment sur Facebook. Dans le groupe Unidentified male hiker Ben Bilemy 2018 (5 500 membres), certains passent en revue les listes de voitures mises en fourrière dans la zone de départ supposée du défunt. D’autres regardent du côté des signalements de disparitions, tandis que certains tentent de compiler les rencontres que l’homme a pu faire sur son chemin.

Plus récemment, des internautes ont réuni la somme de 5 000 dollars pour identifier l’ADN de l’homme. La police a donc envoyé un morceau d’os à Othram, une société experte dans les analyses génétiques concernant les affaires non résolues. Les résultats ne sont pas encore disponibles, mais devraient l’être en décembre 2020.