in ,

Dans cet avion d’un nouveau genre, vous prendrez place dans les ailes !

Le Flying-V pourrait être mis en service dés 2040 Crédits : KLM

Un chercheur est à l’origine d’un concept d’aile volante dont le but est de repenser l’architecture actuelle des avions. Ce projet intègre des sièges sur les côtés, mais le nombre total de passagers ne changerait pas. En revanche, la consommation en carburant pourrait être réduite de près d’un quart !

Une aile volante soutenue par une compagnie aérienne

Actuellement, l’aviation est responsable de 3 % des émissions mondiales de dioxyde de carbone et de 11 % des émissions de CO2 tous types de transports confondus. De plus, l’Organisation de l’aviation civile internationale (ICAO) prévoit que si rien ne change dès maintenant, les émissions de CO2 du secteur aéronautique international tripleront entre 2018 et 2050.

Dans un tel contexte, les industriels réfléchissent à des solutions pour limiter l’impact environnemental des engins. Un nouveau concept d’aile volante baptisé Flying-V a été récemment présenté par Justus Benad, un ancien étudiant de l’Université technique de Berlin (Allemagne). Soutenu par la compagnie aérienne néerlandaise KLM, le chercheur a continué le développement de son concept à l’Université de Technologie de Delft (Pays-Bas).

Crédits : capture YouTube / Studio OSO

Quels avantages pour cette aile volante ?

Dans un communiqué publié par KLM le 3 juin 2019, Justus Benad a indiqué que le Flying-V aurait une capacité de 314 passagers et un volume de 160 m3 en mode cargo. Il s’agit d’une capacité pratiquement similaire à celle d’un Airbus A350-900. L’envergure serait d’ailleurs la même avec 65 mètres. En revanche, la consommation en carburant serait réduite de 20 %, une économie réalisée grâce au design particulier de l’appareil – mais pas seulement. De plus, contrairement aux autres concepts d’aile volante, les hublots sont bien présents. En effet, l’absence de hublot est quelque chose d’impensable pour les compagnies aériennes.

«Le Flying-V est propulsé par les moteurs à double flux les plus économiques en carburant existant.Dans sa conception actuelle, il vole toujours au kérosène mais peut être facilement adapté pour tirer parti des innovations du système de propulsion, en utilisant par exemple des turboréacteurs à commande électrique », peut-on lire dans le communiqué.

Si KLM estime que ce genre d’appareil pourrait être mis en service entre 2040 et 2050, les premiers tests devraient avoir lieu dans quelques mois. Il s’agira vraisemblablement d’une maquette dont l’échelle est inconnue. Avant la mise en service du Flying-V, certains avions hybrides également destinés à faire baisser l’empreinte carbone du secteur devraient arriver sur le marché, comme celui de Faradair prévu pour 2025.

Sources : CTV NewsSimple Flying

Articles liés :

Voici Magma, le premier avion sans ailerons ni gouvernes pour se diriger !

La Norvège veut que tous ses vols courts soient électriques d’ici 2040

Le centre français de recherche aérospatiale présente son avion du futur !