in

Les cuisinières à gaz sont également dangereuses pour le climat

Crédits : Seiya Tabuchi / iStock

Saviez-vous qu’en réalité, le gaz naturel est en grande partie composé de méthane ? Or, ce puissant gaz à effet de serre a un pouvoir de réchauffement 25 fois supérieur à celui du CO2. Selon une étude menée aux États-Unis, les fuites de gaz peuvent donc avoir d’importantes conséquences sur le climat, en plus de notre santé.

Des fuites très préoccupantes

Le méthane (CH4) est beaucoup plus réchauffant que le dioxyde de carbone (CO2). En revanche, il a une durée de vie de seulement dix ans dans l’atmosphère contre environ un siècle pour le CO2. Il n’en demeure pas moins que le méthane est un problème majeur pour le climat. En 2021, le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) avait d’ailleurs publié un mode d’emploi de la réduction des émissions de méthane dans l’atmosphère.

Une étude parue dans la revue Environmental Science & Technology le 27 janvier 2022 s’est quant à elle intéressée aux cuisinières à gaz. Alors que la cuisine au feu de bois est aujourd’hui très marginale, les cuisinières à gaz font partie intégrante de notre quotidien. Or, les chercheurs de l’Université de Stanford (États-Unis) expliquent que ce matériel représente un danger, à la fois pour le climat et pour la santé humaine.

L’étude en question concerne une cinquantaine de foyers en Californie et malgré cet échantillon plutôt réduit, les résultats sont assez consternants. En effet, sous forme de méthane non brûlé, les cuisinières à gaz émettent entre 0,8 et 1,3 % du gaz qu’elles consomment. L’origine de ce méthane provient donc de fuites, surtout que 75 % de ces mêmes fuites se produisent lorsque les cuisinières sont éteintes.

cuisinière gaz
Crédits : wattanaphob / iStock

La solution : les cuisinières électriques

Les chercheurs ont reporté leurs données sur l’ensemble de foyers américains représentant pas moins de quarante millions de cuisinières à gaz. D’après eux, le méthane qui s’échappe de cette armée de cuisinières aurait un impact important sur le climat. En effet, la valeur de ces émissions serait comparable à celles de 500 000 voitures à essence. Rappelons également que la science savait déjà que les cuisinières brûlant du gaz naturel émettaient du CO2. Toutefois, cette étude à propos des fuites de méthane ramène à la hausse d’un tiers l’impact sur le climat de ce type de matériel.

Selon les scientifiques, la principale solution serait le passage aux cuisinières électriques. Or, cela passe nécessairement par une interdiction des raccordements au gaz en ce qui concerne l’intégralité des nouvelles constructions. D’ailleurs, ce genre de mesure est déjà en place dans la ville de New York depuis décembre 2021.

Outre le danger pour le climat, notre santé n’est pas en reste. Il faut dire que les fuites de gaz ne sont pas une bonne nouvelle pour la qualité de l’air intérieur. En effet, les émissions contiennent également des oxydes d’azote (NOx), en plus du méthane. Le fait est que quelques minutes d’utilisation d’une cuisinière suffisent à exposer les personnes à des quantités trop élevées de dioxyde d’azote (NO2), surtout si la cuisine souffre d’un manque de ventilation.