in ,

Daesh continue ses destructions du patrimoine historique avec cette fois-ci le site archéologique de Nimrud

Crédits : JoAnn Makinano / Wikimedia Commons

Aujourd’hui, le monde se réveil avec sous les yeux, les nouvelles destructions de l’Etat Islamique. Le site historique de Nimrud a été « pris d’assaut […] avec des […] bulldozers », a déclaré le ministère du Tourisme et des activités d’Irak.

Il y a une semaine, les djihadistes de l’Etat Islamique horrifiaient le monde entier avec la destruction, filmée et diffusée sur internet, de statues datant de l’ère assyrienne à Mossoul, ville du nord de l’Irak tenue par l’EI.

Le point commun entre ces deux cibles? Elles datent toutes les deux de l’ère assyrienne, soit 13 siècles avant J.C. La logique des djihadistes est de détruire toute trace des civilisations antérieures à l’Islam et qui risqueraient donc de détourner les fidèles du prophète.

Dans les faits, les combattants prennent grand soin de conserver les reliques les plus précieuses avant de détruire théâtralement le gros des ruines. Pour l’UNESCO, les pillages autant que les destructions s’apparentent à un « crime de guerre », d’autant plus que chaque acte semble faire partie d’un plan plus général d’annihilation de la mémoire de civilisations aujourd’hui disparues. Certains observateurs font le parallèle avec le comportement qu’ont eu les nazis pendant la seconde guerre mondiale à propos de « l’art dégénéré » des juifs.

Certains spéculent déjà sur la prochaine cible de l’EI. La cité de Hatra, ancienne cité arabe de Mésopotamie située au sud de Mossoul est notamment citée.

– Crédits photo : Pbase