in

Les cyclones tropicaux surviendront-ils bientôt aux moyennes latitudes ?

Crédits : Wikimedia Commons.

Alors que le climat continue à se réchauffer, une étude novatrice fait le point sur la façon dont l’aire de répartition des cyclones tropicaux devrait évoluer au cours des prochaines décennies. Les résultats ont été publiés dans la revue Nature Geoscience le 29 décembre dernier.

Si l’on sait désormais que le changement climatique tend à augmenter l’intensité des cyclones tropicaux, en particulier en ce qui concerne les catégories les plus élevées, la réponse est moins évidente quant à leur fréquence. Il en va de même au sujet de leur distribution géographique. Comment le réchauffement global va-t-il affecter les zones d’activités des tourbillons ?

Une approche novatrice axée sur la physique des cyclones tropicaux

Les travaux menés jusqu’à présent ont montré que le domaine de présence de ces phénomènes devrait s’étendre vers les pôles à mesure que la planète continuera à se réchauffer. Toutefois, la quantification et la compréhension des mécanismes à l’origine de cette expansion sont restées sujettes à d’importantes incertitudes.

Dans une nouvelle étude dirigée par l’Université de Yale (États-Unis), un groupe de chercheurs a étudié la question sous un angle qui met la dynamique et la thermodynamique des cyclones tropicaux au centre des réflexions. Aussi, un soin particulier a été apporté aux processus ainsi qu’aux interactions de petites échelles, mal représentées dans les simulations climatiques standards.

cyclones tropicaux
Image satellite du 16 septembre 2020, révélant la présence de nombreux phénomènes cycloniques. La tempête subtropicale Alpha est visible au large du Portugal et le médicane Ianos au sud de l’Italie. Crédits : Joshua Studholme & coll. 2021.

« Le problème principal de la prévision des ouragans futurs est que les modèles utilisés pour les projections n’ont pas une résolution suffisante pour simuler des cyclones tropicaux réalistes », détaille Joshua Studholme, auteur principal du papier. « Au lieu de cela, différentes approches indirectes sont généralement utilisées. Cependant, ces méthodes semblent déformer la physique sous-jacente à la formation et au développement des cyclones. Certaines de ces méthodes fournissent également des prédictions qui se contredisent ».

Un contexte plus vu depuis trois millions d’années

Grâce au nouvel angle d’approche adopté et sur la base d’une analyse des climats chauds du passé, l’équipe de scientifiques a montré que les cyclones tropicaux devraient s’étendre vers les pôles à un point qui ne s’était plus produit depuis plusieurs millions d’années à cause du réchauffement des océans et de la modification de la circulation atmosphérique permettant aux tourbillons de remonter en latitude sans être freinés par des eaux trop froides ou un cisaillement de vent trop important.

« Cette recherche prédit que les cyclones tropicaux du 21e siècle se produiront vraisemblablement sur une gamme de latitudes plus large que ce n’a été le cas au cours des trois derniers millions d’années », rapporte Joshua Studholme. La tendance observée depuis 1970 à une migration des cyclones tropicaux vers les pôles devrait donc se poursuivre et s’accentuer. « Cela représente un risque important et sous-estimé du changement climatique », ajoute-t-il.

En effet, un nombre croissant de phénomènes tropicaux s’aventureront alors aux latitudes tempérées. De par leur situation géographique, des villes comme New York, Beijing, Pékin ou Tokyo sont situées aux premières loges des zones menacées. Cependant, l’Europe de l’Ouest n’est pas épargnée non plus. L’arrivée de la tempête subtropicale Alpha dans les terres portugaises en septembre 2020 serait à cet égard un signe avant-coureur de ce que le futur nous réserve.