in

Curiosity capture plusieurs passages nuageux sur Mars

Crédits : NASA / JPL-Caltech

Entre deux missions sur Mars, le rover Curiosity, de la NASA, a récemment levé sa caméra vers le ciel pour capturer plusieurs passages nuageux.

Observer les nuages depuis la Terre peut être déprimant, parfois. Mais avez-vous déjà eu l’occasion d’observer ce phénomène depuis une autre planète ? C’est ce que nous proposait il y a quelques jours le rover Curiosity, évoluant actuellement sur Mars dans les régions basses du mont Sharp, dans le cratère Gale. Ces images ont été capturées entre le 7 et le 17 mai dernier grâce à la NavCams. Selon la NASA, ces nuages nocturnes ​​- qui semblent terrestres – sont probablement constitués de glace d’eau. On les observe ici évoluer à environ 31 kilomètres au-dessus de la surface.

Mars
Nuages ​​martiens vus par Curiosity le 12 mai 2019.
Crédits : NASA / JPL-Caltech

L’objet de la démarche est avant tout scientifique. En effet, Curiosity travaille actuellement de concert avec Insight, posté à environ 600 kilomètres du rover. À la fin du mois d’avril, l’atterrisseur a lui aussi capturé des photos de nuages. L’idée consistait donc à photographier les mêmes nuages, mais à deux points de vue différents. Ceci, note la NASA, peut «aider les scientifiques à calculer leur altitude».

Mars
Nuages ​​martiens imagés par InSight le 25 avril 2019.
Crédits : NASA / JPL-Caltech

Autre image incroyable, capturée en 2015 par le rover qui entamait alors l’ascension du Mont Sharp : celle d’un magnifique coucher de soleil sur Mars, alors que celui-ci plongeait derrière le bord du cratère Gale :

Mars
Sol 956 (15 avril 2015). Premier coucher du Soleil en couleur sur Mars observé par Curiosity. Crédits : Nasa, JPL-Caltech, MSSS

On rappelle que le principal objectif du rover n’est actuellement pas de regarder les nuages, mais de trouver des traces d’argile sur le mont Sharp. Des orbiteurs ont déjà recensé la présence de cette matière rocheuse naturelle sur Mars par le passé, mais Curiosity devait confirmer la découverte avec des échantillons. C’est désormais chose faite. Il y a quelques jours, l’instrument de minéralogie du rover – appelé CheMin (chimie et minéralogie) – a confirmé la présence d’argile dans deux petites roches, baptisées “Aberlady” et “Kilmarie”.

Et la découverte est importante, puisque nous savons que l’argile, pour se former, à souvent besoin d’eau. Les chercheurs soupçonnaient que le cratère en était rempli il y a plusieurs milliards d’années. Curiosity confirme aujourd’hui ces doutes. Le rover continuera d’explorer le mont Sharp dans les mois à venir afin de déterminer si la région disposait des conditions nécessaires pour supporter la vie il y a plusieurs milliards d’années.

Source

Articles liés :

Sur Terre, une nouvelle découverte relance la possibilité de vie passée sur Mars

Un énorme réservoir de glace d’eau découvert sur Mars

Inscrivez votre nom sur le prochain rover de la NASA : Mars 2020