in

Du curieuses structures concentriques apparaissent sur la surface de la comète Tchouri

ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA

Mais qu’arrive-t-il à la belle Tchouri? Depuis quelque temps des structures concentriques à croissance rapide sont observées sur la comète, alors que celle-ci doit passer dans quelques semaines au plus près du Soleil.

Cette fois-ci pas de crop circle. Pourtant, les structures concentriques sont identiques, elles sont apparues dans la région Imhotep de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, Tchouri pour les intimes, zone proche de l’équateur de la comète.

« Un matin, nous avons remarqué que quelque chose de nouveau était arrivé : la surface d’Imhotep avait commencé à changer de façon spectaculaire » témoigne Olivier Groussin, du Laboratoire d’Astrophysique de Marseille, co-signateur d’un article sur le sujet dans la revue Astronomy & Astrophysics. Les clichés proviennent de la sonde Rosetta, en orbite depuis août 2014 autour de la comète. La caméra OSIRIS a le 3 juin observé le premier cercle. Un deuxième, puis un troisième furent ensuite observés, les deux premiers mesurant alors respectivement le 2 juillet, 220 et 140 mètres de diamètre.

« Ces changements se sont déroulés très rapidement avec une expansion des bords de quelques dizaines de centimètres par heure. Cela met en évidence la complexité des processus impliqués », ce phénomène étrange est principalement dû à la sublimation de la glace lors du contact avec les rayons du soleil (passage direct d’un corps de l’état solide à l’état gazeux, sans passer par l’état liquide).

3-cometsurface
ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA

On rappelle que le phénomène se situe sur l’équateur de la comète, l’une des parties les plus exposées au Soleil. « Nous pourrons reconstituer l’origine de ces curieuses caractéristiques » en regroupant les observations réalisées par la caméra OSIRIS et les données que les autres instruments de Rosetta transmettront, conclut Olivier.

Sources : Phys, Sciences et Avenir