in

Les cuisinières à gaz peuvent porter atteinte à votre santé

gazinière cuisinière gaz
Crédits : ViktorCap / iStock

Une étude menée aux États-Unis confirme que les cuisinières à gaz sont une source d’émanations nocives pouvant aggraver les maladies pulmonaires. Deux catégories d’émissions inquiètent plus particulièrement les scientifiques.

21 produits chimiques dangereux

Les cuisinières à gaz sont dangereuses pour l’environnement et la santé humaine. Une équipe de la Harvard T.H. Chan School of Public Health a publié une étude dans la revue Environmental Science & Technology en janvier 2022 qui évoque deux catégories d’émissions. Premièrement, nous retrouvons le gaz naturel non brûlé qui contient pas moins de 90 % de méthane. Il s’échappe avant que la flamme ne soit allumée. Citons aussi les oxydes d’azote que la combustion génère.

Les chercheurs de l’étude ont prélevé 234 échantillons d’émanations naturelles de 69 résidences de la région métropolitaine de Boston. Leur objectif était d’examiner les composants complémentaires au méthane des gaz non brûlés des cuisinières. Or, leurs résultats révèlent la présence de 21 produits chimiques que l’Agence de protection de l’environnement (EPA) considère comme étant dangereux. Citons notamment le benzène et d’autres composés organiques volatils (COV).

Les chercheurs s’inquiètent, car encore aujourd’hui, de nombreuses personnes sont en télétravail et sont donc continuellement exposées à ces particules. Dans la mesure où l’être humain respire environ 20 000 fois par jour, ils estiment que ces résultats sont préoccupants. De plus, le renouvellement de l’air est aujourd’hui particulièrement réduit dans nos intérieurs, notamment du fait de l’amélioration de l’étanchéité des logements.

gazinière cuisinière gaz
Crédits : RYosha / iStock

Un air plus pollué à l’intérieur qu’à l’extérieur

Pire encore, les familles dont la cuisine est mal ventilée peuvent être exposées à du dioxyde d’azote dans des quantités qui dépassent les limites pour l’environnement extérieur, à savoir 100 parties par milliard (ppb) par heure. Ainsi, les personnes souffrant de maladies respiratoires peuvent voir leurs symptômes s’aggraver. De plus, cela s’accompagne d’un risque plus grand de développer de l’asthme.

L’étude s’est également penchée sur la question environnementale. Lorsqu’une cuisinière n’est pas utilisée, elle laisse échapper les trois quarts de son méthane, probablement en raison de problèmes de tuyauterie. Or, si le méthane n’est pas toxique, il reste un puissant gaz à effet de serre dont le pouvoir de réchauffement est 25 fois supérieur à celui du CO2. Les résultats sont d’autant plus inquiétants que les 40 millions de gazinières présentes aux États-Unis rejettent potentiellement autant de particules que 500 000 voitures à essence.

Du côté des solutions possibles, les scientifiques préconisent l’installation d’une cuisinière à induction afin de stopper les émanations. Néanmoins, les personnes désirant continuer à utiliser leur cuisinière à gaz pourraient commencer par activer systématiquement la hotte aspirante pendant la cuisson, une habitude que seulement 25 à 40 % des citoyens américains ont actuellement.