in ,

Elle crie si fort lors d’un concert que ses poumons s’effondrent

Crédits : iStock

Il y a quelques mois, au Texas, une jeune fille s’est mise à crier si fort lors d’un concert des One Direction que ses poumons se sont littéralement effondrés. De l’air s’est alors échappé de ses voies respiratoires, envahissant de nombreuses parties de son corps.

Les One Direction, vous connaissez ? Le concert de ce phénomène planétaire n’aura pas laissé indemne une jeune fille de seize ans dont l’euphorie n’avait d’égal que le volume de sa voix. Elle avait expliqué aux médecins qu’elle avait crié avec tant de force pendant le concert qu’à la fin, elle commençait à avoir le souffle court. Le lendemain, toujours essoufflée, elle décida alors d’aller aux urgences. Elle ne ressentait aucune douleur thoracique ou autres problèmes apparents. « Dans un premier temps, nous n’avons rien soupçonné de trop grave », explique le Dr J. Mack Slaughter Jr., auteur du rapport et résident en médecine d’urgence à l’UT Southwestern Medical Center. « La jeune fille respirait rapidement, certes, mais ses poumons semblaient normaux ».

Mais les médecins ont ensuite remarqué quelque chose d’étrange : en appuyant légèrement autour de la poitrine et du cou de la jeune fille, ces derniers ont eu la sensation « d’écraser des Rice Krispies sous leurs doigts », peut-on lire dans le rapport. Ce symptôme se produit généralement lorsque de l’air pénètre dans les tissus mous sous la peau. « Ce fut une découverte vraiment surprenante », explique le médecin, le signe que « quelque chose n’allait pas ». Une radiographie thoracique a finalement révélé que la jeune fille avait de l’air où il ne devrait pas y en avoir : autour du cœur, entre les poumons et les parois de sa poitrine.

Slaughter & Roppolo, Journal of Emergency Medicine (2017)

Les médecins ont alors déduit que les hurlements passionnés de la jeune fille avaient forcé l’air à sortir des voies respiratoires et à pénétrer dans ces autres cavités. Mais une question demeurait : par quelle partie des voies respiratoires l’air s’était-il échappé ? Une déchirure ? Les scans disent que non. Selon le rapport publié le 4 octobre dans le Journal of Emergency Medicine, la jeune fille souffrait également de diabète de type 1, ce qui peut exposer certains patients à ce genre de risques d’échappement de l’air des voies respiratoires vers d’autres cavités corporelles. Cela peut notamment se produire si les niveaux de sucre dans le sang sont trop élevés, conduisant le corps à produire des composés acides. Le sang étant trop acide, le corps essaye alors de réparer les dégâts en amenant la personne à respirer très rapidement pour se débarrasser de l’acide. Cette respiration haletante pourrait entraîner des déchirures dans les voies respiratoires. Mais des analyses de sang n’ont pas confirmé cette hypothèse.

En fin de compte, les médecins n’ont pu déterminer la cause exacte. La jeune fille est restée à l’hôpital pendant la nuit sous assistance respiratoire. Le lendemain, son état n’avait pas empiré et elle fut autorisée à rentrer chez elle. La patiente a depuis complètement récupéré.

Source