in

Ils créent une machine qui produit de l’eau potable à l’aide du soleil et de l’air !

Crédits : Sunglacier

Cette invention, actuellement exposée dans un musée, est l’œuvre d’un artiste hollandais. Celle-ci est capable de condenser l’humidité présente dans l’air ambiant et de la transformer en eau potable.

La machine en question, baptisée SunGlacier DC01, a été imaginée par l’artiste Ap Verheggen. Ses propriétés en font une source d’espoir pour les zones du globe où l’eau se fait déjà très rare. La machine a même été créée spécialement à destination des populations les plus touchées.

L’invention a été placée dans le patio du musée Beelden aan Zee, située à La Haye aux Pays-Bas. Il s’agit à première vue d’une sculpture en bois de cèdre rouge d’une hauteur de 2,5 mètres. Bien que le SunGlacier DC01 n’attire pas en premier lieu l’œil du visiteur, l’impression n’est pas la même lorsque la machine se réveille et éclabousse les personnes à proximité à l’aide d’un jet d’eau. La machine exécute cette tâche toutes les vingt minutes en cas de beau temps, et une fois chaque heure lorsque le ciel est nuageux.

Le SunGlacier DC01 renferme dans son socle un petit boitier métallique contenant lui-même un condensateur. De plus, des panneaux solaires sont disposés autour de la machine, ainsi, l’énergie du soleil condense l’humidité contenue dans l’air. Plus précisément, l’humidité gèle, puis dégèle progressivement, puis traverse un filtre. Enfin, l’eau est expulsée régulièrement vers l’extérieur.

L’artiste et son équipe de la société SunGlacier ont travaillé sur ce projet pendant 4 ans, et ont finalement obtenu un succès aux Pays-Bas. Cependant, selon les concepteurs, le SunGlacier DC01 fonctionnerait encore mieux en milieu désertique. En effet, dans les zones subtropicales (ou tropicales), l’énergie solaire est plus importante, tandis qu’elle est plus facilement exploitable, tout simplement parce que la chaleur accélère la condensation.

Ap Verheggen a confié au New York Times que “la quantité d’eau dans l’air” est le facteur le plus important afin de faire marcher la machine. En effet, plus la température est élevée, plus l’eau est retenue dans l’air avant que se produisent les précipitations. En résumé, plus il fait chaud, plus le SunGlacier DC1 peut obtenir de l’eau présente dans l’air, comme en témoigne la comparaison entre une journée de printemps aux Pays-Bas et une journée chaude et sèche en milieu désertique. En milieu désertique, quatre fois plus d’eau serait disponible.

(Source : SunGlacier)
(Source : SunGlacier)

“Pour autant que je sache, c’est la première fois que quelqu’un produit de l’eau en utilisant l’air, et ce, grâce à l’énergie du soleil” indique Ap Verheggen, estimant qu’il n’y a “aucune raison d’être pessimiste quant à l’avenir”. L’artiste désire “montrer aux gens qu’il y a des solutions”.

Chaque cycle produit une tasse d’eau seulement, mais Ap Verheggen voit dans son invention la possibilité d’inspirer les chercheurs du monde entier qui pourraient à terme, mettre au point une solution réellement applicable aux zones désertiques en produisant de plus grands volumes d’eau.

Sources : We DemainLa Terre du Futur