in

Un mystérieux crâne avec un implant métallique divise les experts

Crédits : Musée d'ostéologie

Un crâne allongé abritant une structure en métal pourrait représenter l’une des premières preuves d’un ancien implant chirurgical au Pérou. Il pourrait également s’agir d’un faux des temps modernes. Beaucoup de spécialistes s’interrogent encore sur la question.

Le fait que ce crâne exposé au Musée d’ostéologie d’Oklahoma City ait une forme allongée n’est pas trop inhabituel. Si en Chine, on a bandé pendant un millénaire les pieds des petites filles afin qu’elles les gardent aussi petits que possible (un symbole de richesse et de distinction), dans les Andes, durant l’Antiquité, on bandait en effet les crânes des bébés afin de leur donner une forme distinctive. Là encore, nous savons que ces modifications crâniennes ont été motivées par le rang social.

Néanmoins, ce qui rend ce crâne inhabituel est cet implant métallique visible sur son côté droit, au-dessus de la tempe. Il recouvre un large trou ayant peut-être été créé par trépanation. Pour rappel, celle-ci consiste à percer la boîte crânienne d’un trou circulaire dans le but de traiter une blessure ou une maladie. Ce type de pratique était courante dans le monde antique.

Des experts divisés

Cet implant serait potentiellement une découverte unique de l’ancien monde andin, mais beaucoup s’interrogent encore. Le Musée d’ostéologie, qui a publié plusieurs photos de ce crâne sur sa page Facebook, a déclaré que ses experts n’étaient pas en mesure de vérifier son authenticité pour le moment. Aucune datation au carbone n’a pour l’heure été effectuée.

Plusieurs universitaires non affiliés au musée sont également sceptiques. « Je doute fort que ce soit quelque chose d’authentique« , explique notamment John Verano, professeur d’anthropologie à l’Université de Tulane (Louisiane), interrogé par LiveScience. « En quelques mots, je pense que c’est quelque chose de fabriqué pour faire du crâne un objet de collection plus précieux. Cet implant métallique aurait pu être inséré il y a plusieurs décennies, avant que le musée ou le donateur n’en soit propriétaire« .

Ce chercheur a en effet déjà examiné plusieurs crânes andins susceptibles de présenter de vrais implants métalliques par le passé. Pour la plupart, il s’agissait de faux. Certains morceaux de métal n’étaient également pas du tout des implants, mais des offrandes funéraires.

crâne implant
Crédits : Musée d’ostéologie

D’autres soupçonnent que l’implant pourrait être véritable. C’est le cas de Danielle Kurin, de l’Université de Californie à Santa Barbara.

« Il y a quelques cas de découvertes passées où un morceau d’os était placé dans le trou découpé après une trépanation. Cependant, je n’ai jamais rien vu de tel auparavant », note la chercheuse. « D’après les photos, on dirait que la pièce de métal a été finement martelée. Il serait également utile de passer une radiographie pour déterminer si le morceau de métal recouvre un trou de trépanation et/ou une fracture crânienne ouverte« .

Finalement, il est encore trop tôt pour se positionner avec certitude tant que d’autres tests n’auront pas été effectués. Cela dit, que l’implant soit réel ou non, l’homme âgé sur lequel il a été placé était un survivant. Sur la base des schémas de fracture, ce dernier aurait en effet subi un traumatisme contondant massif. Toutefois, les lignes de fracture montrent des signes de guérison.