in

Covid-19 : le virus peut aussi infecter les neurones, confirme une étude

Crédits : iStock

Une récente étude internationale confirme la capacité du SARS-CoV-2, responsable de la pandémie de Covid-19, à infecter les neurones. Ce phénomène pourrait expliquer la perte d’odorat, les maux de tête ou encore les AVC essuyés par certains patients.

Bien que le Covid-19 soit au premier abord considéré comme une maladie respiratoire, nous savons que le SRAS-CoV-2 affecte plusieurs systèmes organiques, y compris le système nerveux central. Les maux de tête, la perte d’odorat, ou encore les accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont en effet autant de symptômes neurologiques de la Covid-19 inhérents à cette atteinte du cerveau.

Ces derniers sont connus, mais on ignore encore les raisons de leur développement. Une récente étude impliquant l’Université de Yale (USA), l’Institut du Cerveau (Sorbonne Université/Inserm/AP-HP/CNRS) et de l’hôpital Pitié-Salpêtrière AP-HP propose que ces atteintes neurologiques soient liées au fait que le SARS-CoV-2 infecte les neurones de certains patients.

« Ces résultats confirment le tropisme cérébral du SARS-CoV-2 »

Dans le cadre de ces travaux, publiés dans le Journal of Experimental Medicine, les chercheurs ont utilisé trois approches indépendantes pour sonder la capacité du SRAS-CoV-2 à infecter le cerveau.

Premièrement, en utilisant des organoïdes du cerveau humain (cellules cérébrales cultivées en laboratoire). Ici, les chercheurs ont observé des preuves claires d’infection accompagnées de changements métaboliques dans les neurones infectés et voisins.

Dans une seconde approche, ils se sont appuyés sur des souris sur-exprimant la protéine ACE2 humaine (celle présente à la surface des cellules utilisée par le virus pour entrer et se fixer dans l’organisme). Là encore, les auteurs ont ici démontré la neuro-invasion du SARS-CoV-2 in vivo.

Enfin, les chercheurs ont également détecté la présence du SRAS-CoV-2 dans les neurones corticaux de patients décédés, de même que des atteintes pathologiques associées à l’infection, comme des accidents vasculaires ischémiques.

Ensemble, ces résultats fournissent des preuves de la capacité neuroinvasive du nouveau coronavirus. « Dans leur ensemble, ces résultats confirment le tropisme cérébral du SARS-CoV-2 et sa capacité à infecter les neurones, résume l’Inserm dans un communiqué. Ils suggèrent également que les symptômes neurologiques observés dans la Covid-19 pourraient être une conséquence de cette atteinte directe du système nerveux central ».

coronavirus Covid-19 1
Crédits : mattthewafflecat/Pixabay

Reste donc à déterminer comment le virus pénètre dans les neurones. Ces travaux laissent à penser que la protéine ACE2 joue une fois de plus un rôle clé dans la capacité des particules virales de SARS-CoV-2 à intégrer les neurones. En ce sens, les chercheurs évoquent la possibilité que l’infection neuronale puisse être être évitée en bloquant ACE2 avec des anticorps ou en administrant du liquide céphalo-rachidien d’un patient COVID-19. Des études supplémentaires devront en revanche être menées au cours de ces prochains mois pour s’en assurer.