in

Covid-19 : un nouveau variant du coronavirus découvert au Japon

Crédits : binmassam/pixabay

Après les variants du Covid-19 détectés au Royaume-Uni et en Afrique du Sud, un troisième variant aurait été détecté au Japon sur quatre individus revenant d’un séjour au Brésil.

Le ministère japonais de la Santé vient d’annoncer avoir isolé un nouveau variant du coronavirus SARS-CoV-2 après avoir examiné quatre voyageurs arrivés dans le pays en provenance de l’État de l’Amazonas, au Brésil (on ne connaît pas leur nationalité). Tous ont été testés positifs alors qu’ils étaient en quarantaine à l’aéroport de Haneda, à Tokyo.

Sur ces quatre personnes, trois présentaient des symptômes. L’une d’elles, un homme dans la quarantaine, vient d’être hospitalisé après avoir développé des difficultés respiratoires, rapporte Bloomberg, tandis qu’une femme dans la trentaine se plaignait de maux de tête et de maux de gorge. Le troisième patient présentant des symptômes est un adolescent qui souffre de la fièvre.

D’après les autorités japonaises, ce nouveau variant appartient à la souche B.1.1.248, et comporte une douzaine de mutations. L’une d’elles est également présente dans les variants identifiés au Royaume-Uni et en Afrique du Sud, dont le potentiel de transmission est source d’inquiétude.

Takaji Wakita, directeur de l’Institut national des maladies infectieuses (NIID) au Japon, note cependant ne pas être en mesure, pour le moment, de se prononcer sur une quelconque contagiosité plus virulente, ni même sur la gravité des symptômes dont cette nouvelle souche pourrait être responsable. Des travaux sont actuellement en cours pour tenter de le déterminer.

covid-19 japon
Crédits : PIRO4D/Pixabay

Quid de l’efficacité des vaccins ?

Impossible également pour le moment de savoir si les vaccins actuellement sur le marché sont efficaces sur ce troisième variant isolé au Japon. Là encore, des analyses sont en cours pour tenter de le déterminer.

Côté variants britanniques et sud-africains, les nouvelles sont en revanche rassurantes (pour le moment. D’après les résultats préliminaires d’une étude publiée cette semaine par une équipe de scientifiques de Pfizer et de la branche médicale de l’Université du Texas, le vaccin Pfizer serait en effet toujours aussi efficace.

Dans le cadre de ces travaux, les chercheurs ont recueilli des échantillons de sang de personnes qui avaient été vaccinées et les ont testés contre des souches du virus portant la mutation N501Y, observée dans des variantes trouvées pour la première fois au Royaume-Uni et en Afrique du Sud. Les scientifiques craignaient en effet que cette mutation ne modifie suffisamment la structure du virus pour lui permettre “d’échapper” à la détection du système immunitaire.

Dans ces tests, le sang de ces patients s’est encore avéré capable de neutraliser la souche N501Y du virus, en étant tout aussi performant que contre d’autres variantes. L’équipe a également testé d’autres mutations observées au Royaume-Uni ou en Afrique du Sud et a trouvé des résultats similaires. En revanche, aucune recherche n’a encore été effectuée sur une autre mutation troublante observée dans le variant sud-africaine, appelée E484K. En d’autres termes, ces résultats sont encourageants, mais il reste encore du travail pour s’en assurer.