in

Covid-19 : un premier vaccin efficace chez les souris !

Crédits : TPHeinz/Pixabay

Une université située aux États-Unis a affirmé que les tests d’un vaccin contre le Covid-19 avait porté ses fruits. S’il reste évidemment encore beaucoup de chemin à parcourir, la nouvelle est très encourageante.

L’expérience des anciens coronavirus

Ce 1er avril 2020, une publication très encourageante a vu le jour dans la revue EBioMedicine (PDF en anglais / 12 pages). Il faut savoir que cette dernière est soutenue par la célèbre revue scientifique britannique The Lancet. Autrement dit, l’étude a fait l’objet de vérifications, ce qui est loin d’être le cas de toutes les études paraissant en ce moment. L’information est capitale : une ébauche de vaccin contre le Covid-19 fonctionne sur les souris. Les chercheurs de l’Université de Pittsburgh (États-Unis) ont toutefois indiqué que le chemin était encore long avant que le vaccin soit testé et approuvé chez l’humain.

Rappelons que depuis le début de l’épidémie, les laboratoires du monde entier travaillent sur l’élaboration d’un vaccin. Par ailleurs, l’expérience des anciens coronavirus SARS (2003) et MERS (2012) s’est avérée utile. En effet, la communauté scientifique a pu comprendre que la protéine en pointe des coronavirus représentait la clé pour s’en prémunir. Le fait est que cette protéine en pointe permet à ce type de virus d’infecter les cellules humaines.

coronavirus
Crédits : enriquelopezgarre/Pixabay

Une méthode innovante

L’injection du vaccin est plutôt originale dans la mesure où celle-ci se fait au moyen d’un patch composé de 400 micro-aiguilles. Or, ces micro-aiguilles ont pour mission de libérer des bouts de protéine en pointe sous la peau où la réaction immunitaire est la plus forte. Selon les chercheurs, cette méthode s’inspire de celle de l’éraflure dans le cadre de l’administration du vaccin antivariolique. Toutefois, la technique de ce nouveau vaccin relève vraiment de la haute technologie, est plus efficace et également reproductible chez n’importe quel patient.

En somme, le vaccin a donné la capacité aux souris de produire des anticorps dans les deux semaines suivant l’injection. Ainsi, le vaccin protège les souris sur une période d’un an. Si ces résultats sont encourageants, il faudra néanmoins se montrer patient. La Food and Drug Administration (FDA) devrait bientôt examiner ces recherches et autoriser ou non les tests sur l’Homme dans les prochains mois.

Évidemment, l’objectif est d’éradiquer la maladie ou à défaut, d’en limiter fortement la progression. Toutefois, si le Covid-19 devient une maladie saisonnière, le vaccin pourra permettre de se protéger chaque année.