in

Covid-19 : un graphique montre pourquoi les variants du coronavirus sont préoccupants

covid-19
Crédits : PIRO4D/Pixabay

Un statisticien français a récemment présenté un graphique assez préoccupant. Ces documents montrent que la hausse des variants est pour l’instant compensée par une baisse globale de l’épidémie. Néanmoins, il s’agit là d’un équilibre très fragile.

Une augmentation exponentielle

Doit-on s’inquiéter des variants du coronavirus SARS-CoV-2 en France ? Comme l’expliquait Le Figaro dans un article du 4 février 2021, la proportion des variants dans les cas positifs par test PCR était d’environ 3 % début janvier et 14 % en février. Sans être soudaine, l’évolution de la proportion de variants est tout de même exponentielle. Dans un tweet publié le 7 février 2021, le statisticien français Elias Orphelin a dévoilé plusieurs graphiques de sa création. Ce contributeur du site de suivi CovidTracker désirait situer la proportion des mutations du virus au sein de l’épidémie en France.

Le graphique ci-dessous montre la situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement. La courbe bleue concerne les cas de coronavirus. La courbe grise témoigne de l’évolution des cas en lien avec le variant britannique et la courbe rouge, la progression des cas tout variants confondus.

coronavirus variant France graphique 1
Crédits : Elias Orphelin/Twitter

Trois scénarios possibles

Ce graphique montre une division assez nette et la présence de deux dynamiques différentes en France. L’épidémie générée par le coronavirus de base est en baisse, mais celle que provoquent les mutations du virus est en hausse. Selon Elias Orphelin, il est question d’une augmentation exponentielle plus rapide que la baisse. Pour l’instant, la hausse des variants est encore compensée par la baisse de l’épidémie de base, donnant une situation stagnante. En Allemagne, la situation est différente car l’épidémie de base ne compense pas cette hausse.

Pour le statisticien, les chiffres des jours à venir seront déterminants dans la compréhension de la dynamique dans laquelle la France va s’inscrire. L’intéressé a publié trois autres graphiques (voir ci-après) pour tout autant de possibilités. Ceux-ci concernent une éventuelle hausse épidémique à cause des variants, une poursuite de la baisse globale de l’épidémie ou encore un maintien de la stagnation actuelle, entre hausse des variants et baisse globale de l’épidémie.

coronavirus variant France graphique 2
Crédits : Elias Orphelin/Twitter
coronavirus variant France graphique 3
Crédits : Elias Orphelin/Twitter
coronavirus variant France graphique 4
Crédits : Elias Orphelin/Twitter

L’État veut freiner les variants

Ces graphiques montrent donc que les variants sont source de préoccupation. Il est vrai que ceux-ci sont au cœur d’une dynamique différente – plus intense que celle du coronavirus de base. D’ailleurs, ministre de la Santé Olivier Véran décrivait les variants comme de « nouveaux virus » et a utilisé l’expression « une épidémie dans l’épidémie ».

Le 8 février, le gouvernement a publié la DGS-URGENT N° 2021_12 à destination des professionnels de santé. L’objectif ? Communiquer à propos d’une stratégie de freinage des variants sud-africain (20H/501Y.V2) et brésilien (20J/501Y.V3). Le variant britannique (20I/501Y.V1) est également concerné, surtout qu’il s’agit du plus répandu des trois.