in

Covid-19 : selon une étude, si 70 % de la population portait un masque, la pandémie serait stoppée !

Crédits : PxHere

Des chercheurs singapouriens ont récemment mené une étude concernant le port du masque dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus SARS-CoV-2. Selon leurs résultats, la pandémie pourrait n’être qu’un mauvais souvenir si 70 % de la population mondiale respectait le port du masque.

Le masque seul pourrait sauver le monde

De nombreuses personnes voient dans l’actuelle crise une véritable fatalité, au vu de ses multiples effets sur notre quotidien. Néanmoins, même sans vaccin, la pandémie de Covid-19 pourrait être jugulée grâce aux multiples mesures prises par les gouvernements aux quatre coins du monde. Or, la mesure phare dans le cadre de cette lutte n’est autre que le masque de protection . Dans une étude publiée dans la revue Physics of Fluids le 24 novembre 2020, des chercheurs de l’Université Nationale de Singapour estiment que le masque seul pourrait sauver le monde.

Les masques faciaux, tels que les masques chirurgicaux ayant une efficacité estimée à environ 70 %, pourraient conduire à l’éradication de la pandémie si au moins 70 % des personnes utilisaient ces masques en public de manière cohérente“, expliquent les scientifiques dans leur publication.

Afin d’arriver à cette conclusion, les chercheurs ont passé en revue différentes études portant sur les masques, ainsi que plusieurs rapports épidémiologiques. Ceci ne fait aucun doute, les masques réduisent considérablement le taux de reproduction du virus. Pour Sanjay Kumar, principal directeur de l’étude, même les masques en tissu pourraient ralentir la propagation du coronavirus. Évidemment moins efficaces, ces masques seraient tout de même utiles en cas de port régulier.

Le FFP2 pour une efficacité optimale

Néanmoins, les chercheurs rappellent que le type de matériau composant le masque ainsi que la durée d’utilisation ont leur importance. Ces facteurs peuvent jouer sur l’efficacité des masques. Les scientifiques sont également revenus sur la taille des gouttelettes. Selon eux, les plus grosses (5 à 10 µm) sont les plus courantes et les plus petites (moins de 5 µm) sont les plus dangereuses.

De plus, ils ont indiqué que les masques N95 (ou FFP2) étaient les seuls réellement capables de filtrer les gouttelettes de la taille d’un aérosol. Rappelons que ce type de masque est efficace à hauteur d’au moins 95 % contre les particules de 0,3 µm. De plus, ce masque résiste aux fluides et est apprécié des personnels de santé.

masque FFP2
Crédits : fernandozhiminaicela / Pixabay

Une société basée aux États-Unis est parvenue à s’enrichir grâce aux masques FFP2. Il s’agit de Battelle, une organisation de recherche privée ayant trouvé comment décontaminer les masques en les vaporisant avec du peroxyde d’hydrogène, une innovation ensuite vendue au gouvernement américain.