in

Covid-19 : quelles sont les situations du quotidien les plus à risque ?

Crédits : Steven Sun / Wikipedia

Une récente étude espagnole s’est intéressée aux situations du quotidien comportant des risques de contamination au coronavirus. Aller faire des courses, se faire livrer à domicile ou sortir promener son chien, quelle est la situation la plus périlleuse ?

Se faire livrer est plus dangereux

En raison de la pandémie de Covid-19, l’Espagne a vécu un premier confinement strict entre la mi-mars et début mai 2020. Néanmoins, alors que la France a débuté son second confinement le 30 octobre, l’Espagne n’a pas pris ce genre de décision. Toutefois, une récente enquête suggère que six espagnols sur dix sont prêts à supporter un nouveau confinement en cas de nécessité. Dans une étude à paraître dans la revue Environmental Research en janvier 2021, des chercheurs de l’Université de Grenade (Espagne) ont établi un classement des situations du quotidien en termes de risques d’infection. Les meneurs de l’étude ont interrogé 2 086 personnes sur leurs activités durant le premier confinement.

Selon les résultats, vivre avec une personne contaminée augmente le risque d’infection de 60 %. Se rendre sur son lieu de travail au lieu de rester en télétravail est synonyme d’une augmentation de 76 % des risques. Avoir un chien et sortir le promener s’accompagne d’une augmentation de 78 % des risques. La situation la plus dangereuse pour les chercheurs n’est autre que la livraison de marchandises à domicile. Dans ce cas, le risque d’infection s’accroît de 94 % ! Il est en effet moins risqué d’aller soi-même faire ses courses.

chien
Crédits : PickPik

Une inquiétude chez les propriétaires de chiens ?

Au vu des résultats, les propriétaires de chiens ou autres animaux pourraient naturellement s’inquiéter. Selon Cristina Sánchez González, co-auteure de l’étude, les informations disponibles actuellement ne permettent pas d’affirmer formellement que les les chiens sont eux-mêmes porteurs du virus. Il est également impossible de dire si les propriétaires sont infectés par certains objets contaminés qu’ils sont plus susceptibles d’utiliser. L’experte suggère que les propriétaires de chiens sont peut-être moins vigilants en ce qui concerne les mesures d’hygiène. De plus, ceux-ci sont potentiellement amenés à davantage de contacts sociaux en cas de promenade. La chercheuse évoque même la possibilité que le virus soit présent dans les selles des chiens.

Si plusieurs études estiment que les chiens peuvent être positifs au coronavirus sans développer de symptômes, une nouvelle mutation du virus a été source d’inquiétude. Néanmoins, dans une étude d’avril 2020, l’Institut Pasteur a conclu que les chiens ne sont pas facilement infectés par le virus SARS-CoV-2, même en contact avec des propriétaires infectés. En tout cas, les animaux de compagnie représenteraient un soutien de poids lors des épisodes de confinement. Selon une étude britannique publiée en octobre 2020, les animaux ont permis aux personnes de garder le moral lors du premier confinement, et donc de préserver leur santé mentale.