in

Covid-19 : pour organiser le retour du public dans les salles, Dassault réalise une simulation des flux d’air

Crédits : capture YouTube / Philharmonie de Paris

En France et un peu partout en Europe, les salles accueillant du public sont fermées jusqu’à nouvel ordre, et ce, depuis des mois. Toutefois, la société Dassault Systèmes pense que la technologie pourrait permettre un retour serein du public et des artistes dans ces mêmes salles. L’objectif est d’assurer la sécurité sanitaire et sauver la culture.

Modéliser les risques d’infection à l’intérieur

Il y a peu en Espagne, un festival de musique était à l’origine d’une expérience encourageante pour la culture en pleine crise sanitaire. Un soir de décembre 2020, la salle Apolo de Barcelone avait accueilli 463 personnes pour un concert. Or, des mesures drastiques d’hygiène et de suivi des personnes avaient alors permis d’éviter toute contamination durant cette même soirée.

En France, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot a pris connaissance de cette expérience et a indiqué vouloir en discuter avec les professionnels du spectacle. Il faut dire que dans notre pays, des voix s’élèvent depuis plusieurs mois, notamment celle des gérants de salles. Ces derniers ne cessent de clamer qu’il est tout à fait possible de limiter les risques.

Selon un communiqué ainsi qu’une courte vidéo à visionner en fin d’article, la Philharmonie de Paris a collaboré avec Dassault Systèmes, une société spécialisée dans la conception 3D. L’objectif était de modéliser les risques d’infection dans la Grande salle Pierre Boulez (voir ci-dessous) accueillant des spectateurs au maximum de sa capacité.

Grande salle Pierre Boulez
Crédits : Jroepstorff / Wikipedia

Des simulations à pratiquer dans toutes les salles ?

“Nous avons réalisé un jumeau numérique de la Grande salle Pierre Boulez, nous avons modélisé le système de ventilation qui est intégré sous chaque siège, permettant à l’air de circuler dans le dos des spectateurs et des musiciens. Nos experts du secteur santé ont modélisé le flux d’air chargé éventuellement de particules virales en employant des spectateurs virtuels qui toussent pour mesurer la propagation du virus entre spectateurs, mais aussi les musiciens“, a déclaré Jacques Beltran, vice-président en charge du secteur public de Dassault Systèmes.

Il a mentionné un exemple : la modélisation du souffle d’un trompettiste. Celle-ci a permis de comprendre que réduire de moitié la ventilation pouvait permettre d’abaisser fortement le risque de contamination d’un spectateur à un autre. Citons également le fait qu’à l’entrée de la salle, le port du masque et la distanciation sociale restent les meilleures mesures préventives. À l’intérieur, si la distanciation sociale s’avère compliquée, le port du masque reste quant à lui indispensable.

Selon Dassault Systèmes, ce genre de simulations peut concerner n’importe quel lieu accueillant du public. Le but est d’identifier clairement l’impact de la ventilation sur le risque de la propagation. Cette piste convaincra-t-elle les autorités de rouvrir les salles ? Avec l’expérience menée à Barcelone il y a quelques semaines, il y a peut-être ici deux bonnes raisons d’essayer !