Le Covid-19 peut faire perdre des points de QI jusqu’à un an après la contamination

quarantaine covid-19
Crédits : Maria Casinos / iStock

Selon une étude menée récemment par une équipe britannique, le Covid-19 peut faire perdre entre trois et six points de quotient intellectuel (QI) jusqu’à près d’un an après la contamination. Or, jusqu’à présent, il était difficile de mesurer de manière objective les effets potentiels de cette maladie sur la fonction cognitive sur le long terme.

Mettre des chiffres sur ce brouillard cérébral

Alors que la pandémie de Covid-19 est dernière nous, cette dernière fait encore parfois parler d’elle. En janvier 2024 par exemple, des chercheurs américains ont affirmé dans une étude que les restrictions sanitaires (principalement les épisodes de confinement) avaient accéléré le vieillissement cérébral chez les adolescents. Et si le Covid-19 était à l’origine de pertes de QI ? Cette question a été posée lors d’une étude pilotée par l’Imperial College London (Royaume-Uni) publiée dans le New England Journal of Medicine le 29 février 2024.

Il faut dire que la question était déjà une source de préoccupation lors de la pandémie. En effet, certains patients avaient fait part d’une sensation de fatigue cérébrale, une sorte de déclin cognitif marqué surnommé le « brouillard cérébral ». Or, l’étude apporte ici des précisions inédites sur le sujet. Les auteurs parlent en effet de pertes de 3 à 6 points de QI pendant près d’un an après la contamination. De plus, cela s’est produit même pour les formes les moins graves de la maladie.

covid-19
Crédits : Geerati / iStock

Des déficits cognitifs de faible amplitude en moyenne

Alors que les effets potentiels du coronavirus sur la fonction cognitive étaient une source d’inquiétude pour tout le monde, il était difficile d’effectuer des mesures de manière objective. Toutefois, les chercheurs britanniques ont suivi environ trois millions de personnes au Royaume-Uni depuis avril 2020. Néanmoins, l’étude, baptisée Real-Time Assessment of Community Transmission (REACT), s’est plus particulièrement focalisée sur 112 000 personnes et leurs possibles manifestations cognitives en lien avec le coronavirus. Fait important : entre 3 et 4 % des personnes souffraient de Covid long. Les patients en question souffraient en effet de symptômes persistants douze semaines après la contamination. Cependant, certains ont même perduré durant près d’une année.

Selon les chercheurs, les symptômes encore présents après un an concernent la perte de QI. Des baisses de performances en termes de mémoire, de planification et de raisonnement verbal ont été notamment observées. En revanche, les auteurs soulignent le fait que plus les patients se rétablissaient rapidement, moins l’impact de ce déclin cognitif se faisait sentir.

Enfin, même s’il s’agit de déficits cognitifs de faible amplitude en moyenne, il était nécessaire de mettre des chiffres sur le phénomène, compte tenu du nombre important de personnes ayant été infectées. De plus, certains individus ont été plus gravement touchés, ce qui a impacté leur capacité à fonctionner normalement, notamment dans le cadre professionnel.