in

Covid-19 : nous suivons assidûment les mesures sanitaires seulement si les autres font de même

Crédits : chriscopley / Pixabay

Selon une enquête menée récemment au Royaume-Uni, les personnes qui respectent assidûment les mesures sanitaires ne sont pas forcément celles qui y croient le plus. Ce ne sont pas forcément non plus les personnes les plus vulnérables.

Différentes stratégies de communication sur les mesures

Le dernier bilan Covid-19 à l’échelle mondiale comptabilise plus de 105 millions de cas pour 2,3 millions de décès. Le fait est que ces chiffres continuent d’augmenter alors que les campagnes de vaccination entretiennent l’espoir d’une sortie de crise dans un futur plus ou moins proche. Toutefois, régler ce problème passera obligatoirement par le respect des mesures sanitaires et les directives des gouvernements.

En Europe par exemple, les États ont expliqué à leur population que chaque personne devait agir à son échelle. Néanmoins, ces stratégies de communication défiant le « chacun pour soi » ont montré leurs limites. D’autres pays ont misé avec plus ou moins d’autorité sur une communication évoquant plutôt l’interdépendance et la cohésion sociale comme l’Australie, la Chine, la Corée du Sud, la Nouvelle-Zélande ou encore Singapour.

Selon une enquête menée par des chercheurs de l’Université d’Oxford (Royaume-Uni) et publiée dans le British Journal of Psychology le 20 janvier 2021, les individus sont prêts à suivre les mesures seulement si les autres s’y mettent aussi, et ce, même si chacun sait qu’au bout du compte, les mesures en question sont bénéfiques pour chacun d’entre nous.

Hong Kong masques
Crédits : 中国新闻网 / Wikipédia

Notre attitude dépendrait de celle des autres

L’étude en question concernait 6 500 participants de 110 pays durant la première vague, c’est-à-dire d’avril à juin 2020. Dans un questionnaire en ligne, les volontaires devaient indiquer dans quelle mesure ils approuvaient les directives en lien avec la pandémie dans leur propre pays. Ils devaient également évoquer le degré d’approbation de leurs proches et leurs concitoyens. L’objectif était alors de comprendre ce que chacun pense du comportement des autres.

Selon les résultats, les hypothèses individualistes de nombreux gouvernements sont dans l’erreur. Les personnes respectant le mieux les mesures ne sont pas forcément celles qui y croient le plus, ni même les plus vulnérables face au coronavirus. En réalité, les plus assidues sont celles qui pensent que leurs proches suivent bien les règles.

Autrement dit, l’influence sociale est au centre de la motivation de très nombreuses personnes. Les individus les plus vulnérables étaient aussi plus susceptibles de respecter les règles si c’était également le cas de leurs proches. L’enquête a également révélé que la nation pouvait jouer le même rôle que la famille dans l’influence quant au respect des règles. En revanche, ceci était valable seulement pour les personnes empreintes d’un certain patriotisme.