in

Covid-19 : les oméga-3 ont-ils un rôle préventif sur la forme la plus grave de la maladie ?

Crédits : PIRO4D/Pixabay

En début d’année 2021, un hôpital français va mener une étude sur le rôle préventif des oméga-3 contre le SARS-CoV-2. L’objectif ? Donner la preuve de l’impact de ces acides gras sur le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA). Il s’agit là de la forme la plus grave de la maladie générée par le coronavirus.

Un possible impact sur le SARS-CoV-2

Pierre Weill est ingénieur agronome de profession et fondateur de l’association Bleu-Blanc-Cœur. Basée à Combourtillé (Ille-et-Vilaine), cette association encourage les agriculteurs promouvant le respect de la terre et des animaux. Comme l’explique Ouest France dans un article du 14 octobre 2020, Bleu-Blanc-Cœur collabore avec le CHU de Rennes et l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM).

Le but de cette collaboration sera de préparer une étude sur l’impact des oméga-3 sur le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA), la forme la plus grave de la maladie générée par le coronavirus. Pour Pierre Weill, cette idée n’est pas nouvelle. Selon lui, le premier article scientifique évoquant ces acides gras en nutrition entérale pour des patients atteints de ce type de syndrome date de plus de dix ans. Certaines études récentes préconisent même l’utilisation d’huiles de poisson pour les patients Covid-19.

sushi saumon
Crédits : Pikist

Prévenir la réponse inflammatoire chez les plus faibles

Rappelons que les oméga-3 sont des acides gras polyinsaturés particulièrement présents dans les poissons gras et dans certains végétaux comme le lin, le colza ou encore les noix. Toutefois, il semble que nous n’en consommons pas assez. En 2017, un chercheur français évoquait un rôle certain dans la jonction entre les cellules nerveuses du cerveau. Selon lui, les aliments riches en oméga-3 permettraient au cerveau de fonctionner de manière plus fluide et de réduire les accès d’agressivité.

L’étude à venir du CHU de Rennes aura pour but d’évaluer le rôle préventif des oméga-3 contre le SARS-CoV-2. Pour l’instant, le protocole des essais cliniques est en cours d’homologation par les autorités de santé avant un lancement début 2021. Selon Ronan Thibault, gastro-entérologue responsable de l’unité de nutrition, les oméga-3 ont divers avantages en nutrition artificielle. Par exemple, cela peut permettre un recul de la mortalité, une réduction de la durée de séjour à l’hôpital et une baisse de la durée de ventilation chez les patients.

L’étude aura donc pour objectif de vérifier si les oméga-3 peuvent ou non prévenir la réponse inflammatoire chez les patients Covid-19 les plus fragiles. Cette étude est unique, car de telles recherches n’ont encore jamais été effectuées.