in

Covid-19 : les anticorps du lama, une nouvelle piste de traitement

Crédits : Piqsels

Après avoir isolé un anticorps produit par les lamas, des chercheurs estiment que le système immunitaire de ces animaux pourrait neutraliser les coronavirus. Et il se pourrait que l’anticorps en question puisse également protéger les humains.

Un anticorps contre les coronavirus

Divers médias évoquent depuis peu une étude récemment pré-publiée dans la revue Cell (PDF en anglais / 66 pages). Celle-ci, menée par des chercheurs belges, allemands et étasuniens s’est intéressée à un animal : le lama. Plus particulièrement à un lama âgé de quatre ans et vivant en captivité à l’Université de Gand (Belgique). En effet, l’animal, baptisé Winter, a développé un anticorps contre les coronavirus !

Or, les scientifiques affirment avoir isolé l’anticorps en question. Bien qu’il soit nécessaire de mener davantage d’études et d’essais cliniques afin d’acquérir la certitude que cet anticorps peut bel et bien protéger les êtres humains, les chercheurs ont tout de même évoqué des résultats préliminaires plutôt encourageants.

Le lama produit deux types d’anticorps

L’anticorps du lama s’attaque aux protéines en pointe des coronavirus, et donc à celles du SARS-CoV-2 provoquant le Covid-19. Or, ce sont ces protéines en pointe (protéines S) qui permettent au virus de pénétrer dans les cellules hôtes afin de s’y répliquer. Par ailleurs, les chercheurs savent que ces protéines S du SARS-CoV-2 se fixent aux récepteurs de cellules humaines avec une intensité environ dix fois supérieure à celles des protéines S du coronavirus SRAS de 2003.

Mais revenons à notre lama. Ce dernier est capable de produire deux types d’anticorps après la détection d’un agent pathogène. Le premier type d’anticorps ressemble à ceux des humains, mais le second concerne des anticorps de taille plus réduite et dont l’action est plus spécifique. En effet, ceux-ci ciblent spécialement les coronavirus.

covid coronavirus 2
Crédits : NIAID

Un traitement protecteur

Pour les meneurs de l’étude, il s’agit des premiers anticorps connus pouvant neutraliser le SARS-CoV-2. Juste après l’infection d’un patient, on pourrait alors lui administrer un traitement à base d’anticorps, synonyme d’une protection quasi instantanée. Mais ce type de traitement pourrait également être utilisé afin d’atténuer la gravité de la maladie chez une personne se trouvant à un stade déjà avancé.

En 2016, les mêmes chercheurs avaient inoculé au lama Winter les coronavirus SARS et MERS. L’objectif était déjà de développer un traitement destiné à vaincre ces maladies. Ainsi, ce qui n’était qu’un projet secondaire de l’Université de Gand fait désormais partie des recherches les plus importantes dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

Il y a quelques semaines, un institut belge – l’Institut flamand de recherche en biotechnologie (VIB) – affirmait déjà avoir découvert un anticorps capable de neutraliser le nouveau coronavirus. Toutefois les chercheurs avaient là encore évoqué la nécessité de mener des essais et autres tests complémentaires.