in

Covid-19 : les animaux domestiques ou d’élevage peuvent-ils transmettre le virus ?

Crédits : Pixabay / StockSnap

L’Anses vient de publier un avis soulignant qu’il n’existe aucune preuve que les animaux de compagnie et d’élevage jouent un rôle dans la propagation du nouveau coronavirus.

Origine, remèdes, propagation… le coronavirus donne lieu à une multiplication de fausses informations qui, depuis quelques semaines, sont largement partagées sur le net. L’une d’elles suggérait que les animaux de compagnie ou d’élevage pouvaient, eux aussi, servir de vecteurs pour le virus Covid-19. En réponse à cette rumeur, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a réuni ce mercredi plusieurs experts spécialisés dans le but de répondre à cette question.

L’Anses rassure

Leurs conclusions viennent d’être publiées : à la lumière des connaissances scientifiques disponibles, ils estiment aujourd’hui qu’il n’existe aucune preuve suggérant que les animaux de compagnie et d’élevage peuvent effectivement jouer un rôle dans la propagation de ce nouveau coronavirus.

« Par sa structure génétique, le virus SARS-CoV-2 semble effectivement avoir pour source initiale un animal, peut-on lire dans le rapport. Il provient probablement d’une espèce de chauve-souris avec ou sans intervention d’un hôte intermédiaire. Cependant, dans le contexte actuel et au vu des informations disponibles publiées, le passage du SARS-CoV-2 (Covid-19) de l’être humain vers une autre espèce animale semble actuellement peu probable ».

Cette rumeur, à la base, s’était développée suite à la détection dans les cavités nasales et orales d’un chien au contact d’un patient infecté à Hong Kong d’un récepteur qui constitue normalement la porte d’entrée du virus dans les cellules.

Mais comme le souligne l’Anses, « même si ce récepteur est identifié chez des espèces animales domestiques et semble capable d’interagir avec le virus humain (…), sa présence n’est pas une condition suffisante pour permettre l’infection de ces animaux ».

En effet, le virus ne s’appuie pas uniquement sur ce récepteur, mais également sur d’autres éléments de la cellule lui permettant de se répliquer.

covid coronavirus animaux
Crédits : NIAID

Transmission potentielle du virus via les aliments

L’Anses s’est également penchée sur la capacité de transmission du Covid-19 des aliments issus d’un animal contaminé. Et là encore, cette possibilité a été écartée par les experts.

Ils soulignent en revanche qu’une éventuelle transmission par un aliment n’est pas impossible, mais uniquement « suite à la contamination de cet aliment par un malade ou une personne infectée par le virus, lors de sa manipulation ou de la préparation du repas ».

Dans ce contexte, bien évidemment, tout type d’aliment peut être concerné (produits animaux, produits végétaux) après avoir été exposé à des gouttelettes infectieuses lors de toux et d’éternuements. C’est pourquoi l’Anses insiste sur la mise en pratique des mesures d’hygiène recommandées (éternuer et tousser dans son coude, se laver les mains régulièrement) qui, à elles seules, peuvent prévenir la contamination des denrées alimentaires par le Covid-19. Elle ajoute qu’ « un traitement thermique à 63 °C pendant 4 min (température utilisée en liaison chaude en restauration collective) permet de diviser par 10 000 la contamination d’un produit alimentaire. »

Source

Articles liés :

La FDA autorise désormais l’adoption des animaux de laboratoire

Une ONG rachète un zoo breton pour en faire un refuge pour animaux

Les animaux marins pourraient nous aider à étendre la surveillance des océans