in

Covid-19 : le virus pourrait causer un déclin cognitif équivalent à une dizaine d’années

Crédits : Wikimedia Commons

Une récente étude préliminaire menée au Royaume-Uni confirme que le coronavirus SARS-CoV-2 a un impact important sur le cerveau des personnes malades. Les chercheurs évoquent notamment un vieillissement de dix ans du cerveau en raison de la maladie. En revanche, cette étude doit être prise avec des pincettes et ce pour plusieurs raisons.

Un déclin cognitif chez les patients Covid-19

Nous savons que le coronavirus SARS-CoV-2 peut être à l’origine de séquelles pulmonaires, même chez les personnes asymptomatiques. Une étude préliminaire menée par l’Imperial College London (Royaume-Uni) et publiée sur la plateforme medRxiv le 21 octobre 2020 évoque des séquelles au niveau cérébral. Selon les meneurs de l’étude, il est question d’un déclin mental comparable à un vieillissement cérébral d’une dizaine d’années.

L’équipe a analysé les résultats de tests cognitifs de 84 285 personnes. Parmi ces personnes, certaines ont contracté le virus et d’autres ont simplement fait l’objet de suspicions concernant une éventuelle infection. Les tests cognitifs dont il est ici question tendent habituellement à vérifier les performances des personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer. Ce type d’évaluation concerne la capacité de ces personnes à résoudre des problèmes, gérer leurs émotions et leur attention.

Selon les résultats, les individus guéris du coronavirus ont de moins bonnes performances que ceux n’ayant pas été infectés. Par ailleurs, ceux ayant eu une forme grave de la maladie ont subi un impact cognitif important. Les meneurs de l’étude évoquent une baisse de dix ans en moyenne de leur performance globale, entre les âges de 20 et 70 ans.

covid coronavirus
Crédits : NIAID

Une étude à relativiser dans l’attente d’une vérification

Ces résultats sont donc plutôt inquiétants, bien qu’apportant des éléments supplémentaires dans la compréhension des effets du coronavirus sur l’organisme. En revanche, l’étude est à prendre avec des pincettes. En effet, celle-ci n’est qu’une étude préliminaire ayant seulement fait l’objet d’une prépublication. Autrement dit, l’étude n’a pas encore été vérifiée par d’autres chercheurs. Néanmoins, ceci devrait arriver dans un avenir proche.

Évoquons également le fait que les scientifiques ont mené les tests sur les volontaires après avoir contracté le virus. Il n’existe donc aucune donnée de test sur ces personnes avant l’arrivée de la maladie. Autrement dit, l’étude ne permet pas d’établir de manière formelle une mesure du déclin cognitif. Évoquons enfin le fait que ces recherches ne précisent pas si le déclin est définitif ou non.