in

Covid-19 : le tocilizumab prometteur pour lutter contre les orages de cytokines

Crédits :Design Cells / iStock

Le tocilizumab, utilisé dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, montre des résultats encourageants pour contrer les orages de cytokines, qui conduisent au décès des patients, annonce l’AP-HP.

Quand la réponse immunitaire s’emballe

L’intrusion de particules virales SRAS-CoV-2 dans les poumons déclenche dans notre corps une réponse immunitaire. Des millions de cellules sont alors déployées dans le but de combattre l’agresseur, et de réparer le tissu pulmonaire. Parmi elles : les cytokines, dont le rôle est d’organiser les lignes de défense.

En temps normal, ce processus inflammatoire permet de cibler avec précision les régions infectées. Mais il peut arriver, face à des virus particulièrement agressifs, que la machine s’enraye. Le corps produit alors beaucoup plus de cytokines que nécessaire. Résultat : les tissus infectés sont attaqués, mais aussi les tissus sains. Ce phénomène, appelé “orage cytokinique”, a été observé chez plusieurs patients gravement atteints par le Covid-19.

Au lieu de viser une cible avec un fusil, c’est comme si vous utilisiez un missile“, vulgarise au National Geographic Angela Rasmussen, virologue et chercheuse associée au sein de la Columbia University Mailman School of Public Health. Le problème, c’est qu’en réagissant ainsi de manière démesurée, plutôt que nous aider, notre système immunitaire ne fait qu’aggraver les choses.

patient coronavirus
Crédits : doble-d / iStock

Le tocilizumab, un médicament prometteur

Ceci étant dit, de nombreux laboratoires à travers le monde s’efforcent d’identifier des molécules (des immuno-modulateurs) capables de contrer ces réactions inflammatoires incontrôlées.

Dans cet esprit l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) a lancé le 3 avril l’essai CORIMUNO-19, impliquant 129 personnes hospitalisées dans 13 hôpitaux. Tous ces patients souffraient d’une pneumonie “de sévérité moyenne à grave” et tous avaient besoin d’une assistance en oxygène.

Dans le cadre de cet essai, environ la moitié des participants (65 patients) ont reçu une ou deux injections de tocilizumab – un médicament utilisé dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde – en plus du traitement standard (oxygène, antibiotiques et anticoagulants), tandis que les autres ont bénéficié uniquement des soins “standards”. Tous ont ensuite été suivis pendant 14 jours.

Un rapport préliminaire publié ce lundi 27 avril nous apprend que le tocilizumab (laboratoire Roche) a donné de premiers résultats encourageants, améliorant “significativement le pronostic” des patients concernés, indique un communiqué.

Ce médicament, qui agit en bloquant le récepteur de la cytokine interleukine-6, se révélerait ainsi prometteur pour prévenir “l’orage inflammatoire” chez les patients du Covid-19.

Il a été constaté que les patients traités par tocilizumab présenteraient moins de besoin d’assistance de ventilation et auraient un taux de décès plus bas au cours des 14 jours de suivi, a réagi dans la foulée le ministère de la Santé. Il s’agit du premier médicament testé pour lequel un effet significatif est observé dans le cadre d’un essai clinique“.

Notez que ces résultats n’ont pas encore été évalués par d’autres chercheurs. Ils devraient normalement faire l’objet d’une publication dans un journal à comité de lecture dans les prochains jours. Les médecins expliquent en revanche s’être “sentis obligés, d’un point de vue éthique, de communiquer ces informations en attendant l’examen par les pairs tout en continuant le suivi plus long de ces patients“, précise l’AP-HP.

Source