in ,

Covid-19 : le FBI accuse la Chine de contre-espionnage

Crédits :cyano66 / iStock

Le Federal Bureau of Investigation (FBI) des États-Unis déclare détenir des preuves que la Chine a tenté des opérations de cyberespionnage. L’objectif ? Dérober des données sensibles liées aux recherches menées aux États-Unis sur un traitement contre l’épidémie de Covid-19. D’ici quelques jours, le FBI publiera des détails techniques concernant ces tentatives de piratage.

Les États-Unis accusent la Chine

Le 13 mai 2020, le Federal Bureau of Investigation (FBI) et la Cybersecurity and Infrastructure Security Agency (CISA) ont publié un communiqué. Le document évoque l’ouverture prochaine d’une enquête à propos de tentatives de piratage informatique. Or, ces actes seraient ceux de cyberpirates travaillant pour le gouvernement chinois.

Les deux agences indiquent que ces actions visaient à obtenir des informations autour de la recherche aux États-Unis d’un vaccin contre le Covid-19. Il est également question de données sur la propriété intellectuelle et la santé publique liées aux vaccins. D’ici la semaine prochaine, le FBI et la CISA publieront ensemble un document plus complet et plus technique relatant ces tentatives d’espionnage. En attendant, les agences demandent aux laboratoires, aux chercheurs ainsi qu’aux médias de faire preuve d’une grande vigilance.

“Le vol potentiel de ces informations compromet l’élaboration d’options de traitement sécurisées, efficaces et efficientes”, peut-on lire dans le document.

seringue piqure vaccin
Crédits : Pixabay / jochenpippir

La Chine également visée par des attaques

Face à l’ouverture de cette enquête, le gouvernement chinois est jusqu’à maintenant resté muet. Par ailleurs, la Chine a été attaquée durant le mois d’août 2020 comme l’expliquait FireEye, une société de cybersécurité étasunienne. Des pirates basés au Vietnam ont tenté de dérober des informations confidentielles chinoises. Toutefois, il semble que les hackers visaient la gestion de l’épidémie de Covid-19 par le président Xi Jinping.

Au même moment, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) soulignait l’importance de la situation. En pleine pandémie, l’augmentation globale du nombre de tentatives de cyberattaque est évidemment problématique. Or, il est question d’une multiplication par cinq de ces attaques ! Il a également été rappelé qu’en période de pandémie, les différents laboratoires et acteurs politiques devraient collaborer, et cela passe également par la protection des données.

Rappelons que depuis quelques semaines, les États-Unis enquêtent sur le laboratoire P4 de Wuhan (Chine). En effet, il persiste de forts soupçons portant sur une possible échappée du Covid-19. Il se pourrait que le patient zéro soit un employé de l’institut de virologie du laboratoire. Selon les enquêteurs, l’employé aurait diffusé – sans le savoir – l’agent pathogène dans la ville de Wuhan.