in

Covid-19 : le carnet de commandes des nettoyeurs de scènes de crime est plein !

Crédits : Singoloua225 / Wikipedia

Actuellement, les sociétés spécialisées dans le nettoyage de scènes de crime ne connaissent pas la crise. En effet, celles-ci sont abondamment sollicitées par des entreprises afin de désinfecter leurs locaux dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. De fait, les sociétés du secteur connaissent une forte progression et embauchent même du personnel.

La demande en désinfection a explosé

Il n’est pas rare d’observer dans les médias des travailleurs en combinaison intégrale pulvériser des désinfectants dans la rue, les transports, ou encore à l’extérieur mais également à l’intérieur des bâtiments. Parfois, il peut même être question du déploiement de drones comme à Dubaï durant la nuit. Évoquons également la mise au point d’un robot désinfecteur par la société française Shark Robotics. L’objectif est de supprimer toute trace du Covid-19.

Rappelons qu’en temps normal, désinfecter une pièce de fond en comble est plutôt rare. Effectivement, ce besoin se fait généralement sentir lorsqu’il s’agit de nettoyer une scène de mort violente. Dans un article publié le 12 mai 2020, le Wall Street Journal évoque ces entreprises spécialisées dans le nettoyage de scènes de crime. Selon le quotidien, les entreprises de ce secteur sont actuellement extrêmement sollicitées. Et pour cause, aux États-Unis, depuis peu, de nombreuses activités peuvent redémarrer et, naturellement, nous assistons à une explosion de la demande en désinfection de locaux.

desinfection
Crédits : Bangkok Airways

Le “retour” du manuel de procédure spécial virus

Le quotidien américain évoque l’une de ces sociétés : Aftermath Services, comptant plusieurs dizaines d’antennes aux États-Unis. Or, cette société estime avoir déjà honoré pas moins de 500 commandes de désinfection liées au Covid-19, et ce en seulement quelques jours. Aftermath Services possédait déjà l’équipement et les produits nécessaires pour effectuer ces tâches. Toutefois, un élément qui n’avait jamais été utilisé auparavant a fait sa réapparition. Il s’agit d’un manuel de procédure spécial virus, rédigé en 2014 lors de l’épidémie d’Ebola.

Les affaires sont donc bonnes pour Aftermath Services ! En effet, chaque prestation est facturée environ 1 000 dollars, en fonction de la taille et de la configuration de la surface à traiter. Mais le Wall Street Journal évoque également une autre société du même genre, Spaulding Decon. Cette dernière a embauché du personnel et ainsi fait grimpé ses effectifs de 75 %. Avant le Covid-19, la décontamination de virus représentait seulement 5 % des activités de Spaulding Decon. Aujourd’hui, cette part est de 90 % !