in

Covid-19 : la photo d’une victime devenue virale montre le déni en Indonésie !

Crédits : Joshua Irwandi sur Instagram / National Geographic

En Indonésie, où le nombre de cas de Covid-19 est en forte augmentation, une importante polémique secoue actuellement le pays. Le cliché d’un journaliste montrant une victime Covid-19 à l’hôpital semble avoir touché une corde sensible. Mais cette affaire montre également à quel point le déni de la maladie est présent dans ce pays.

Une image devenue virale

Le photojournaliste Joshua Irwandi a récemment suivi le quotidien du personnel hospitalier indonésien. Couvrant la pandémie, l’homme a pris un cliché dans le cadre d’une bourse exceptionnelle accordée par la National Geographic Society. Ce cliché montre une victime du coronavirus complètement enveloppée dans du plastique. Toutefois, le journaliste a pris soin de ne révéler aucune information sur la victime, pas même son sexe.

Le fait est que le cliché, publié sur le compte Instagram de Joshua Irwandi le 15 juillet a été liké plus de 350 000 fois ! Le même cliché, relayé sur le compte de National Geographic, a reçu plus d’un million de likes. Naturellement, de nombreux médias, journaux télévisés et scientifiques ont repris cette image.

instagram victime covid 19 momie
Crédits : Joshua Irwandi sur Instagram / National Geographic

Le journaliste ciblé

Il faut savoir que Joshua Irwandi a notamment été la cible d’Erdian Aji Prihartanto, un chanteur indonésien très suivi sur les réseaux sociaux. Ce dernier a minimisé les dangers relatifs à l’épidémie de Covid-19 et a accusé le journaliste d’avoir mis en scène les faits. En réaction, les fans du chanteur ont à leur tout invectivé le journaliste et l’ont accusé d’être un “esclave” de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Joshua Irwandi affirme de son coté avoir été menacé et que le gouvernement a tenté sans succès d’identifier l’hôpital où a été pris le cliché.

Toutefois, Joshua Irwandi a reçu le soutien de l’association nationale des photojournalistes. Celle-ci estime que le cliché répond aux normes journalistiques. Sous la pression, le chanteur Erdian Aji Prihartanto a finalement présenté ses excuses.

Un signe du réveil d’une population ?

La publication de cette image semble toutefois avoir réveillé une population indonésienne jusqu’ici dans le déni de la pandémie. En effet, encore aujourd’hui, un grand nombre de personnes ne respectent pas la distanciation sociale et les gestes barrières, dont le port du masque. Alors que le pays vient tout juste de dépasser la barre des 100 000 cas (environ 5 000 décès), les discussions autour du coronavirus se multiplient enfin. Il faut dire la victime ainsi présentée a des allures de momie et inspire tout particulièrement la peur.

Via Google

Enfin, évoquons le fait que le gouvernement lui-même a mis longtemps avant de se décider à faire face. Le président Joko “Jokowi” Widodo avait même dans un premier temps vanté les effets d’un remède à base de plantes pourtant non reconnu par les autorités sanitaires !