in

Covid-19 : la désinfection des rues commence dans plusieurs villes françaises, mais est-ce efficace ?

Crédits : Capture d'écran Twitter

Cannes, Nice, et d’autres municipalités ont entamé des campagnes de désinfection de leurs rues depuis quelques heures pour lutter contre la propagation du Covid-19. Mais est-ce vraiment nécessaire ?

Dans la ville de Wuhan, considérée comme le lieu d’apparition du Covid-19, plusieurs millions de personnes cloitrées chez elles pouvaient observer, début mars, une étrange procession : les défilés de machines, armées de lances, baignant la ville de produits chimiques pour la désinfecter. Même chose en Corée du Sud, fin février, où l’armée fut réquisitionnée pour désinfecter la gare de Daegu, fortement touchée par l’épidémie de coronavirus.

Des mesures similaires en France

Ces scènes apocalyptiques paraissaient au départ très lointaines. Pourtant, moins d’un mois plus tard, la propagation du Covid-19 pousse désormais certaines municipalités françaises à opérer de la même manière.

À Cannes, par exemple, les trottoirs et le mobilier urbain sont nettoyés minutieusement depuis ce mercredi. Même chose à Nice, où une opération de désinfection des espaces publics est en cours depuis ce matin (jeudi). La mesure, annoncée dimanche par le maire Christian Estrosi, doit normalement cibler les établissements prioritaires, comme le devant des hôpitaux, pharmacies et autres établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).

D’autres villes, comme Vence, Cagnes-sur-Mer et Saint-Laurent-du-Var, dans les Alpes-Maritimes, ou encore Suresnes, dans les Hauts-de-Seine, ont également pris des mesure similaires.

Une mesure nécessaire ?

Le produit utilisé est non-toxique : de l’eau de javel diluée. Son ingrédient actif – l’hypochlorite de sodium – est en effet très efficace pour tuer les particules virales (généralement une quinzaine de minutes suffisent), s’attaquant directement à leur ARN (son matériel génétique).

Pour rappel, si de nouvelles recherches ont suggéré que le SARS-CoV-2 peut effectivement rester actif sur du plastique ou de l’acier inoxydable pendant plusieurs heures, il n’existe à ce jour aucune certitude sur la durée de présence du virus sur les surfaces en extérieur. Et quand bien même, si tel est effectivement le cas, sa charge virale devrait normalement être particulièrement réduite.

D’ailleurs, l’Autorité régionale de Santé (ARS), à l’heure actuelle, ne recommande pas la désinfection des rues. Néanmoins, deux précautions valent mieux qu’une. Alexandre, habitant de Cannes, s’est notamment dit rassuré par la mesure prise par le maire la ville, David Lisnard. “On a pas assez de recul sur le virus, nous explique t-il. Dans le doute, je préfère voir les rues désinfectées que pas du tout“.

Pour rappel, les principales recommandations de l’OMS pour lutter efficacement contre la propagation du Covid-19 sont de se laver les mains régulièrement avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon, et de maintenir une distance d’au moins un mètre avec les autres personnes, en particulier si elles toussent, éternuent ou ont de la fièvre.

Source