in

Covid-19 : faut-il mettre en quarantaine toute la France ? Des médecins alertent sur l’aggravation de l’épidémie

COVID-19 named by WHO for Novel coronavirus NCP concept. Doctor or lab technician holding blood sample with novel (new) coronavirus N.C.P. in Wuhan, Hubei Province, China, medical and healthcare

La France doit-elle être placée en quarantaine comme l’Italie ? Pour un médecin parisien, la réponse est oui. Par ailleurs, celui-ci alerte à nouveau sur la dangerosité du Covid-19 et apporte des informations que beaucoup ignorent encore.

Le Covid-19, fourbe, plus contagieux et plus mortel que la grippe

Alors que la France n’est pas encore au stade 3 de l’épidémie de coronavirus Covid-19, le bilan s’alourdit de jour en jour. Selon le dernier bilan, notre pays compte 2 876 cas confirmés, dont 129 dans un état grave et 61 décès. Le 12 mars 2020, le président Emmanuel Macron a toutefois annoncé la fermeture de toutes les crèches, écoles, collèges, lycées et universités. Au même moment, Le Parisien publiait un article relatant le témoignage de Gilles Pialoux, chef du service infectiologie de l’hôpital Tenon à Paris. Pour ce professionnel, la France devrait être placée en quarantaine.

L’intéressé explique que son service est soumis au stress avec l’arrivée de nombreux malades chaque jour. Gilles Pialoux rappelle que si 80 % des cas relèvent de cas bénins, le coronavirus Covid-19 est plus contagieux et plus mortel qu’une simple grippe. De plus, l’expert rappelle la difficulté liée à certains cas en Chine. En effet, des patients semblaient aller mieux puis ont rechuté environ une semaine avant d’être placés en réanimation. “Un patient peut aller bien et d’un coup, la deuxième semaine, au 8e ou 10e jour, il se retrouve en réanimation”. Le Covid-19 peut être très fourbe comme en témoigne la présence de personnes asymptomatiques. Semblant en bonne santé, elles portent pourtant le virus et sont contagieuses.

virus
Crédits : iStock

Des patients plus jeunes en réanimation

Gilles Pialoux indique également que le profil des personnes admises en réanimation évolue. Il y a encore quelques jours, les personnes arrivant dans son service étaient des personnes fragiles ou en état de détresse respiratoire. Désormais, il n’est pas rare que des personnes de trente ou quarante ans sans antécédents médicaux soient aussi admises. “Le profil des personnes admises en réanimation est en train d’évoluer. (…) Il n’est plus rare de voir des jeunes de 30 ou 40 ans, sans pathologie (…) C’est la réalité du terrain. Le cercle s’élargit”, déclare-t-il au Parisien. Si le virus ne mute pas, personne ne sait encore vraiment pourquoi le virus s’attaque aussi aux plus jeunes.

Une mise en garde faite également par Emmanuel Macron dans son allocution : “Il faut se préparer à une deuxième vague qui touchera, un peu plus tard, des personnes plus jeunes a priori moins exposées à la maladie mais qu’il faudra soigner également”.

Jean-Michel Constantin, secrétaire général adjoint de la Société française d’anesthésie et de réanimation, pense que la contamination est telle que certains jeunes développent la forme critique de la maladie. Toutefois, 80 % des personnes dans un état grave sont finalement tirées d’affaire. Mais s’il n’est pas question de séquelles pulmonaires après la guérison, ces personnes seront cependant épuisées durant six mois. Elles devront notamment suivre une période de rééducation en raison d’une atteinte neuromusculaire précise-t-il.

Avec 135 000 cas pour environ 5 000 décès dans le monde, la pandémie de coronavirus Covid-19 se poursuit. Toutefois, après l’amélioration de la situation en Chine, certains pays comme la Corée du Sud font office d’exemple dans gestion de cette crise sanitaire.

Articles liés :

Coronavirus : en Lombardie, les médecins devront-ils choisir qui sauver ?

Il existe tout de même de bonnes nouvelles concernant le coronavirus Covid-19

Chine : la 5G, la réalité virtuelle, les robots et les drones aident à combattre l’épidémie de coronavirus