in

Covid-19 : et si on nous vaccinait par voie nasale ?

Crédits : Pixnio

Les nombreux vaccins actuellement en cours de développement impliquent une piqûre dans le bras. Certains médecins pensent néanmoins qu’une injection par voie intramusculaire n’est pas la meilleure stratégie concernant la Covid-19. Selon eux, une administration par voie nasale serait plus efficace.

Par le nez plutôt que par le bras

Les recherches visant à mettre au point un vaccin contre le SARS-CoV-2 se poursuivent. Toutefois, comme l’explique le New York Times dans un article du 14 juillet 2020, la plupart des 150 vaccins actuellement en cours d’essai impliquent une injection par le bras. Or, il ne s’agirait pas de la meilleure stratégie.

Rappelons que le SARS-CoV-2 est un agent pathogène qui envahit les voies respiratoires via les muqueuses. Il s’agit des tissus humides et spongieux tapissant le nez mais aussi la bouche, les poumons et le tube digestif. Les muqueuses permettent de déclencher une réponse immunitaire via les cellules et autres molécules qui s’y trouvent. Pour Akiko Iwasaki, immunologiste à l’Université de Yale (États-Unis), il faudrait considérer la possibilité d’une administration par voie nasale.

L’immunologiste s’explique en vantant les mérites de la puissance des réponses immunitaires des muqueuses. Celles-ci pourraient contrebalancer la vitesse de propagation du SARS-CoV-2. L’objectif ? Lancer une attaque sur plusieurs fronts au moment où le virus tente de franchir les barrières de notre organisme. L’experte estime qu’un vaccin par voie nasale serait aussi, voire plus efficace qu’un vaccin par voie intramusculaire.

vaccin
Crédits : Pexels

Des délais plus longs

Les vaccins seraient moins performants sans une importante réponse des muqueuses. Pour Anna Durbin, vaccinologue à l’Université Johns-Hopkins (États-Unis), l’immunité stérilisante aurait davantage de chances d’être obtenue par voie nasale. Rappelons qu’il s’agit d’un phénomène relatif à l’élimination de l’agent pathogène avant que celui-ci n’infecte les cellules du corps. En cas de vaccin par voie intramusculaire, les personnes seraient immunisées contre une version grave de la maladie. En revanche, ces dernières ne seront pas totalement à l’abri d’une infection bénigne et surtout, pourraient être contagieuses !

Toutefois, fabriquer un vaccin à administrer par voie nasale n’est pas chose aisée. En effet, il n’est pas facile de simuler de façon fiable l’immunité des muqueuses, et les vaccins qui les ciblent comportent quelques inconvénients. Un vaccin de ce type comportant des ingrédients moins risqués (virus inactivés, matériel génétique) pourrait permettre de régler le problème. Cependant, ce genre de formule pourrait malheureusement ne pas être en mesure de générer une réponse immunitaire suffisante. Ainsi, développer un vaccin muqueux efficace pourrait prendre davantage de temps et il y a de grandes chances pour que le produit final ne fasse pas partie des premiers mis sur le marché.