in

Covid-19 : et si l’on fabriquait le vaccin de Moderna à la maison ?

Crédits : iStock

Aux États-Unis, des scientifiques ont publié la séquence ARN messager du vaccin de la controversée société Moderna sur une plateforme open source. Nous dirigeons-nous vers l’ère des vaccins DIY ?

La séquence ARNm du vaccin sur GitHub !

En novembre 2020, Moderna annonçait un vaccin efficace à 94,5 %. Quelques mois plus tard, de nombreux observateurs pointaient cette société du doigt, celle-ci étant très tournée vers le profit. Si tout le monde n’est évidemment pas en accord sur le sujet, Moderna avait tout de même assuré ne pas vouloir attaquer les éventuelles structures violant leur propriété intellectuelle pendant toute la durée de la pandémie. Autrement dit, il n’y aurait rien à craindre pour ces entités désirant potentiellement fabriquer leur propre version du vaccin sur la base de celui de Moderna.

Or, une équipe de scientifiques de l’Université de Stanford (États-Unis) a publié sur la plateforme GitHub la séquence de l’ARN messager (ARNm) codant la protéine Spike du coronavirus SARS-CoV-2. Avant cela, les chercheurs avaient au préalable réussi à se procurer un échantillon du vaccin en question portant l’appellation mRNA-1273. Avec succès, ils ont tenté de percer ses secrets avec des méthodes complexes de rétro-ingénierie et des comparaisons systématiques avec du matériel génétique provenant de personnes ayant déjà reçu des doses de vaccin.

vaccin
Crédits : Pikist

Un véritable casse-tête

En théorie donc, il serait possible pour certaines personnes de reproduire le vaccin Moderna, sous réserve de posséder le matériel adéquat. Il faut dire qu’au-delà de la séquence ARNm, le reste des ingrédients et autres méthodes nécessaires ne sont pas un mystère. Ceci pourrait-il ouvrir la porte à de nombreux “bricoleurs” désirant produire le vaccin dans leur garage ? En considérant les difficultés associées à ce genre d’entreprise, la réponse semble plutôt négative.

Il faut savoir que la mise en place d’une chaîne d’approvisionnement et de production pour un tel produit relève de l’impossible pour des amateurs. De plus, qui accorderait du crédit à ce genre de production “underground” ? En revanche, si une société ayant des moyens suffisants décidait de produire le vaccin en question, rien ne pourrait l’en empêcher. En effet, l’absence de licence officielle et de transfert encadré de connaissances représenterait un sacré gain de temps.

Si la publication open source des chercheurs américains ne servira probablement pas pour lutter contre le coronavirus, elle pourrait en revanche s’avérer utile à l’avenir. Le détail des méthodes utilisées pour percer les mystères du vaccin Moderna peut en effet potentiellement faire progresser la médecine et la science en général.