in

Covid-19 : Dyson passe des aspirateurs aux respirateurs en seulement 10 jours

Crédits : Dyson

La société Dyson va fournir 10 000 appareils aux hôpitaux britanniques dépassés par le nombre de patients en réanimation. Plusieurs milliers de respirateurs seront également exportés à l’international.

Nous savons que les patients atteints de formes sévères de COVID-19 peuvent développer une pneumonie, une infection qui se produit au niveau des alvéoles pulmonaires (qui prolongent les voies respiratoires) où se déroulent les échanges gazeux avec le sang. Lorsqu’un microbe – en l’occurence ici le coronavirus SARS-CoV-2 – attaque les poumons, ces alvéoles se remplissent alors de pus et de liquide inflammatoire. Elles ne sont ensuite plus en mesure d’assurer leurs fonction : absorber l’oxygène et expulser le dioxyde de carbone.

C’est là que les respirateurs entrent en jeu. Ces machines, grossièrement, injectent de l’oxygène dans les poumons – via un tube endotrachéal (ET) inséré dans la trachée – et éliminent l’excès de dioxyde de carbone pour faciliter le processus respiratoire. Autrement dit, elles “respirent” à la place des patients qui en ont besoin, le temps que leur état se stabilise.

L’assistance respiratoire étant indispensable pour traiter les cas les plus graves de Covid-19, les fabricants de respirateurs artificiels, à l’instar de l’américain GE Healthcare, du suédois Getinge ou du français Air Liquide, ont été amenés à augmenter leur capacités de production. Mais compte tenu de la vitesse de propagation de la maladie, cela pourrait ne pas être suffisant.

Dyson, des aspirateurs aux respirateurs

Pour éviter les pénuries, nous savons que plusieurs constructeurs automobiles, comme Tesla, General Motors ou encore Ford, ont été appelés à en fabriquer. En France, le groupe PSA envisage aussi de produire des pièces. Mais d’autres sociétés ont également été mises à contribution. C’est notamment le cas de Dyson, que l’on connaît mieux pour ses aspirateurs, qui a répondu favorablement à une demande du premier ministre britannique Boris Johnson.

Et le célèbre fabricant d’équipements électroménagers n’a visiblement pas perdu de temps. Selon les informations de CNN et Fast Company, un respirateur artificiel baptisé CoVent aurait en effet été pensé en l’espace de dix jours seulement ! Le modèle se fixera directement à un lit médicalisé et pourra fonctionner sur batterie en cas de besoin. Ce dernier point devrait pouvoir faciliter les transferts de patients.

dyson

Crédits : Dyson

La société s’est également dite prête à démarrer immédiatement la production de 10 000 exemplaires de ce respirateur pour le National Health Service, le système de santé publique du Royaume-Uni. Un premier lot de 1 500 machines devrait normalement pouvoir être livré dès le début du mois d’avril, apprend-on. Une autre série de 5 000 CoVent sera également distribuée dans plusieurs autres pays dans les semaines à venir.

Source