in

Covid-19 : des hackers auraient diffusé une version falsifiée des fichiers volés de Pfizer

Crédits : iStock

Les pirates informatiques à l’origine du vol de documents confidentiels en lien avec le vaccin de Pfizer/BioNTech sont en réalité allés beaucoup plus loin. Ceux-ci n’ont pas seulement publié ces mêmes documents. Ils y ont également inséré des fausses informations que réfute l’Agence Européenne du Médicament (EMA).

Des données falsifiées et…

En décembre 2020, l’Agence Européenne du Médicament (EMA) annonçait avoir été victime d’un piratage. Les hackers ont dérobé des documents portant sur les vaccins contre le coronavirus de plusieurs laboratoires, dont Pfizer et Moderna. Le 12 janvier 2021, l’EMA publiait un communiqué signalant que certains documents de Pfizer ont fait l’objet d’une publication sur un forum russe présent dans le dark web. Ces mêmes documents se sont ensuite retrouvés sur un site de vente de données très connu et très facilement accessible.

Poursuivant son enquête, l’EMA a publié un autre communiqué le 15 janvier 2021. L’agence a certifié qu’il s’agissait bien des données de Pfizer mais que certaines ont subi des modifications. Il semble donc que les pirates – dont l’origine et l’identité restent encore inconnues – désiraient alimenter une méfiance déjà très répandue face aux vaccins.

vaccin
Crédits : Fotoarena/Sipa USA/SIPA

… des échanges internes et confidentiels

Les hackers ont donc pris pour cible le vaccin BNT162b2 de Pfizer et BioNTech. En novembre 2020, ces deux sociétés ont déclaré que leur produit était efficace à 90 % pour prévenir les infections au coronavirus SARS-CoV-2. Or, le sentiment de méfiance semble trouver sa source dans le fait qu’il s’agissait de résultats préliminaires de la phase 3 d’un essai à grande échelle toujours en cours au moment de la déclaration. Par ailleurs, ce vaccin n’est pas “classique” mais à ARN messager. Or, cette technologie pleine de promesses a néanmoins la réputation de ne pas être encore totalement maîtrisée.

Rappelons tout de même que l’EMA a pour mission d’évaluer et d’approuver les médicaments avant leur commercialisation au sein de l’Union européenne. L’agence joue un rôle de régulateur et analyse chaque fois de nombreux documents fournis par les laboratoires. L’objectif ? Déterminer si les fameux médicaments respectent ou non les normes de l’Union. Par ailleurs, l’EMA a également affirmé que les hackers avaient eu accès à des échanges internes et confidentiels par e-mail. Portant sur le processus d’évaluation des vaccins contre le coronavirus, ces messages auraient été également modifiés. De plus, les conversations auraient fait l’objet de publications incomplètes.

Enfin, évoquons le fait que de nombreuses attaques ont déjà visé les vaccins, au niveau de leur conception, leur transport ou encore leur stockage. L’attaque récente est la seule tentative réussie à faire l’objet d’une révélation publique.