in

Covid-19 : des chercheurs pensent pouvoir finaliser un vaccin pour le mois de septembre !

Crédits : Sumisu/Pixabay

Au Royaume-Uni, une équipe de l’Université d’Oxford se montre très optimiste. Cette dernière a élaboré un vaccin et l’a déjà testé avec succès sur des macaques. Les chercheurs mènent d’ores et déjà un essai clinique qui concernera plusieurs milliers de personnes d’ici la fin du mois de mai.

Des tests concluants sur des singes

Le dernier bilan de la pandémie de Covid-19 fait état de près de 3,2 millions de cas pour environ 230 000 décès. Or, la plupart des recherches en cours concernant l’élaboration d’un vaccin ne devraient aboutir qu’en 2021. Et pourtant, un article du New York Times publié le 27 avril 2020 indique qu’un tel vaccin pourrait en fait arriver d’ici le mois de septembre !

En effet, une équipe de l’Institut Jenner de l’Université d’Oxford a déjà mis au point un vaccin contre le Covid-19. Celui-ci a fait l’objet de résultats très prometteurs sur des primates lors d’un test effectué par un laboratoire des National Institutes of Health (NIH) situé dans le Montana (États-Unis). Les chercheurs ont exposé un groupe de macaques rhésus au Covid-19 et ont inoculé une dose unique du vaccin britannique à six d’entre eux. Un mois plus tard, les six singes vaccinés étaient en bonne santé lorsque tous les autres avaient développé la maladie.

Un vaccin bientôt testé sur l’humain

Ces tests réussis sur les primates ont permis d’envisager la phase clinique sur l’être humain. D’ici fin mai 2020, pas moins de 6 000 personnes devraient donc participer à ce vaste essai clinique. Pour le Dr Vincent Munster à l’origine de ce vaccin, l’essentiel est de ne pas crier victoire trop vite. En effet, les chercheurs analysent encore les résultats des tests sur les primates. Ceux-ci seront ensuite partagés et soumis à une revue à comité de lecture.

Cependant, rien n’est certain. Si le macaque rhésus est l’espèce la plus proche de Sapiens sapiens, rien n’indique à l’avance que le vaccin fonctionnera également sur l’humain. En tout cas, les résultats tomberont bientôt et, en cas de succès, la phase clinique débutera. Si l’essai clinique se passe bien, l’Institut Jenner pourrait livrer les premières doses de vaccin dès septembre. Et il est déjà question de millions de doses !

seringue vaccin piqûre
Crédits : Pixabay / qimono

Des délais très réduits

Mais comment ce laboratoire peut-il prétendre à un aboutissement aussi rapide ? En réalité, plusieurs raisons peuvent l’expliquer. Premièrement, l’institut Jenner a déjà mené des tests similaires sur des humains l’an dernier, concernant un autre coronavirus. Ces tests se sont révélés sans danger pour les volontaires. Ensuite, il semble que le laboratoire a reçu l’aval des autorités britanniques très rapidement.

Il y a quelques semaines, nous évoquions le géant pharmaceutique Johnson & Johnson, ayant déjà mis au point un vaccin. Le fait est qu’il est question de la production d’un milliard de doses. Toutefois, il s’agit d’un véritable pari. En effet pour l’heure, aucun test n’a été pratiqué sur l’être humain.