in

Covid-19 : cette start-up a créé un masque transparent et écologique !

Crédits : capture YouTube / EssentialTechEPFL

Si le port du masque s’est généralisé depuis l’apparition de la pandémie de Covid-19, cet accessoire est critiqué à différents niveaux. Une société rattachée à une université suisse est à l’origine d’un nouveau masque de protection. Ce dernier est transparent, souple, résistant et recyclable.

Un masque disponible en 2021

Dans nos sociétés occidentales, porter un masque est loin d’être une habitude. Pour beaucoup, cet accessoire habituellement réservé aux hôpitaux entrave la respiration, étouffe la voix et impacte  aussi les relations sociales. En effet, parler avec des personnes qui dissimulent la moitié de leur visage est quelque peu déroutant. Sans compter que dernièrement, une ONG a communiqué sur la pollution générée par les masques de protection. Des amendes ont également fait leur apparition, notamment en France, pour éviter l’abandon des masques usagés dans la rue.

La société HMCARE est une spin-off du Centre EssentialTech de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse). Or, cette société est à l’origine d’un masque de protection d’un nouveau genre, destiné à régler les problèmes évoqués plus haut. Baptisé HelloMask, ce masque devrait être disponible en 2021. En attendant, la start-up a levé près de 950 000 euros afin de lancer la phase d’industrialisation et s’attelle à finaliser certains points concernant sa création. Par ailleurs, un communiqué publié en mai 2018 montre que ces recherches sont bien antérieures à la pandémie de Covid-19.

masque transparent covid 19
Crédits : capture YouTube / EssentialTechEPFL

À peine plus cher que les masques habituels

Concernant la transparence du masque et l’entrave à la respiration, les chercheurs ont évoqué une grande différence avec ce que l’on peut voir, notamment sur Internet. Certains prototypes de masques arborent en effet une partie transparente. Toutefois, il s’agit seulement d’un polymère non poreux qui ne règle pas le problème de la respiration, en plus de générer de la buée. HMCARE a donc mis au point un polymère associant à la fois transparence, porosité et résistance. Les chercheurs évoquent la présence de minuscules interstices de 100 nanomètres. Or, il s’agit d’une taille que l’on retrouve dans les masques traditionnels laissant passer l’air mais pas les virus et autres bactéries.

En ce qui concerne l’impact écologique, HMCARE a sérieusement travaillé la question. Rappelons que les masques habituels ne sont pas en papier mais en polypropylène. Il s’agit d’un dérivé du pétrole non-biodégradable et très compliqué à recycler. La start-up suisse a indiqué que sa membrane était issue de la biomasse à hauteur de 99 % ! Toutefois, le travail se poursuit afin d’atteindre une totale éco-compatibilité.

Il faut savoir que ce type de masque est tissé grâce à une technique particulière : l’électrofilage. Il s’agit d’étirer les fibres polymères en les exposant à un champ électrique. Or, selon HMCARE, cette technique permet une fabrication à grande échelle et une limitation des coûts. Toutefois, le prix de vente devrait être 15 à 20 % plus important que celui d’un masque chirurgical classique, ce qui est tout de même loin d’être indécent.