in

La pandémie de Covid-19 influe sur la capacité à prendre des décisions simples

incertitude stress
Crédits : nensuria / iStock

Selon une enquête menée récemment aux États-Unis, la crise sanitaire en lien avec la Covid-19 est une importante source de stress. Or, ce stress ferait qu’un tiers des adultes auraient des difficultés à prendre des décisions simples dans leur vie de tous les jours.

Un curieux phénomène

En février 2021, le New York Times expliquait dans un article que le phénomène de chute des cheveux avait augmenté à la fois chez les hommes et les femmes. Il faut dire que la pandémie de Covid-19 a été une grande source de stress pour de nombreuses personnes. Or, les spécialistes rappelaient que tout type de stress grave pouvait déclencher la perte de cheveux.

La chaîne NBC News a quant à elle publié une enquête d’un autre genre sur les effets de ce stress ce 26 octobre 2021. À cette occasion, le psychologue Vaile Wright de l’American Psychological Association a déclaré : « Nos corps n’identifient pas d’où vient le stress. Ils savent simplement que nous sommes stressés. Ainsi, lorsque ce niveau d’incertitude commence à submerger nos mécanismes d’adaptation, même les plus petites tâches peuvent commencer à devenir écrasantes. »

L’enquête en question intitulée Stress in America a été menée aux États-Unis auprès de 3 000 personnes. Elle a révélé qu’un tiers des adultes sont tellement en proie au stress en lien avec la situation sanitaire que même les décisions les plus simples deviennent un véritable casse-tête. Or, il est ici question de décisions basiques du quotidien, par exemple le fait de choisir son repas à midi. Ce curieux phénomène toucherait davantage les jeunes adultes, les parents ainsi que les personnes racisées.

incertitude
Crédits : metamorworks / iStock

Vers un retour de l’optimisme ?

Pour donner quelques chiffres, 47 % des parents estiment avoir du mal à prendre des décisions basiques. C’est également le cas de 37 % des 18-24 et 48 % des 25-42 ans. Par ailleurs, les afro-américains et personnes d’origine hispanique sont plus susceptibles d’être davantage stressés que les personnes blanches, ce qui influerait donc sur leurs décisions les plus simples. D’autres chiffres concernent des personnes qui, en raison de la pandémie, ont repensé leur mode de vie (61 %) ou encore vu leur avenir s’assombrir (49 %).

Cependant, 70 % des sondés ont déclaré se montrer confiants pour « l’après-Covid ». Pour Vaile Wright, il s’agit ici d’un sentiment que tout le monde pourrait (et devrait) exploiter dès maintenant même si la pandémie n’est pas encore derrière nous. Miser sur l’optimisme est effet une attitude motrice pour les décisions à prendre, et ce, peu importe que celles-ci soient basiques ou d’une importance cruciale.