in

Covid-19 : beaucoup moins de naissances prématurées pendant le confinement !

Crédits : Max Pixel

Dans plusieurs pays, le confinement semble avoir eu des effets très positifs sur les naissances. Au Danemark par exemple, les médecins ont observé une baisse de 90 % des naissances prématurées !

Une découverte étonnante

Durant le confinement lié à la pandémie de Covid-19, des médecins ont effectué une expérience dans un hôpital. L’objectif ? Mesurer les effets d’une telle décision sur les naissances prématurées comme l’explique le New York Times dans un article publié le 19 juillet 2020. En Irlande, les médecins se sont intéressés aux statistiques de l’University Maternity Hospital de Limerick. Ils ont effectué une comparaison du nombre de naissances ayant lieu chaque année depuis 2001 entre les mois de janvier et avril. Or, durant les deux dernières décennies, pas moins de 30 000 enfants de moins de 1,5 kg sont nés dans cet hôpital.

Alors que la tendance des vingt dernières années était de huit naissances prématurées pour mille, ce taux a été divisé par quatre en 2020. Mieux encore, aucune naissance prématurée n’a eu lieu durant le confinement ! Cette découverte fut si étonnante que les médecins ont d’abord cru à une erreur au niveau des chiffres.

Au Danemark, les médecins ont réfléchi au même sujet. La raison de cette réflexion est simple : dans ce pays, les unités de soins néonatals intensifs sont quasi vides. Or, les spécialistes ont finalement découvert que le taux de naissances d’enfants ayant la 28e semaine de grossesse a chuté de 90 %.

bébé prématuré
Un bébé prématuré dans sa couveuse
Crédits : Evan-Amos / Wikipédia

Même constat concernant les naissances dans d’autres pays

Le constat est le même aux quatre coins du globe, dans des pays tels que l’Australie, le Canada, les États-Unis ou encore les Pays-Bas. À Calgary (Canada), les médecins ont noté une réduction de moitié des naissances prématurées pendant la période de confinement. À Melbourne (Australie), une enquête a débuté en raison d’une rareté exceptionnelle des naissances prématurées.

Il faut savoir que pour l’instant, ces constatations n’ont pas encore fait l’objet d’études scientifiques. Toutefois, Denise Jamieson obstétricienne à l’Emory University’s School of Medicine d’Atlanta (États-Unis) s’est montrée très étonnée. En effet, elle s’attendait à une tendance plutôt opposée. L’intéressée pensait que le stress lié à la pandémie de Covid-19 pouvait justement favoriser les naissances prématurées. Néanmoins, ce même stress n’est pas forcément le même dans tous les pays. Effectivement, la protection sociale manquante dans certaines régions ainsi que les difficultés financières des familles apparaissent comme étant des facteurs aggravants.

Dans les pays où cette fameuse tendance a été observée, le repos forcé des mères semble avoir été très positif. Elles ont ressenti moins de stress au travail, dans les transports, mais aussi moins de risque de contracter des infections en général du fait d’être restées à la maison. Par ailleurs, la baisse de la pollution, notamment atmosphérique, durant le confinement a peut-être joué un rôle. Il faudra se montrer patient afin de connaître les raisons de cette baisse des naissances prématurées. En tout cas, les médecins irlandais et danois ont déclaré vouloir collaborer pour trouver des réponses.