in

Bientôt des courses de voitures volantes pour en accélérer le développement ?

Crédits : Kickstarter

À la manière de la Formule 1 qui joue un rôle déterminant pour les avancées technologiques qui équipent nos voitures, un entrepreneur australien souhaite organiser des courses de voitures volantes afin d’en accélérer le développement.

Dans l’imaginaire collectif, elle représente depuis des décennies une espèce d’aboutissement au futur. Désirée voire fantasmée, la voiture volante est bel et bien en projet pour certaines sociétés qui se battent pour devenir la première à sortir ce véhicule pour le grand public. Certains de ces projets semblent fantaisistes quand d’autres se révèlent très sérieux. Difficile alors d’estimer réellement une date de sortie.

Il est un projet dont on ne sait s’il faut le situer parmi les projets fantaisistes ou ceux qui sont plus sérieux, c’est celui de Matt Pearson. Entrepreneur australien, il a lancé une campagne de financement participatif sur la plateforme Kickstarter pour fabriquer une voiture volante qui serait destinée à la compétition. Dépourvu de roues, l’engin présenté ressemble plus à un grand drone capable d’accueillir un humain pour le piloter qu’à une voiture.

Pourquoi construire une voiture volante uniquement pour organiser des courses ? Le raisonnement de l’entrepreneur australien est plutôt intelligent puisqu’il veut calquer le modèle de la Formule 1 dans le secteur automobile. En effet, ces voitures de course sont une espèce de laboratoire pour les innovations technologiques qui équipent par la suite nos voitures de série, et en accélèrent le développement. L’idée est ici de faire de même, avec des voitures volantes.

Concernant les caractéristiques techniques de l’engin de Matt Pearson, on sait qu’il sera équipé de quatre moteurs électriques brushless de 50 kilowatts chacun. Ceux-ci seront alimentés par les cellules lithium-ion que l’on trouve dans la voiture électrique Tesla Model S. Baptisé « Alauda Mark 1 Airspeeder », l’engin sera capable de voler jusqu’à 250 km/h à une altitude de 3,5 mètres au maximum. Sa carrosserie sera faite de fibre de carbone et le châssis en aluminium aéronautique, pour un poids à vide de 120 kg.

Selon Matt Pearson, un premier vol d’essai doit avoir lieu au début de l’année 2018, lequel serait suivi quelques mois après d’une course entre deux engins dans le désert australien. Si tout se déroule comme Matt Pearson l’a prévu, le premier « Airspeeder World Championship » devrait avoir lieu en 2020.